Somehow c’est le bol d’air frais de l’été, à découvrir en urgence et sans modération…

Parlez-nous des débuts de Somehow, la rencontre, la formation, etc. 

Somehow est mon pseudonyme. Je suis un multi-instrumentise adepte du « Do It Yourself » qui bricole une indie-pop lo-fi dans son petit home studio, avec les moyens du bord. Le projet existe sous ce nom depuis 2015, mais je dirais que la genèse remonte en réalité à mes 16 ans, au moment où j’ai acheté mon premier 4 pistes avec la paye de mon job d’été (un Korg PXR4 dont je me suis séparé seulement l’année dernière). Depuis ce moment-là, je n’ai jamais vraiment cessé d’écrire et de composer des chansons. Ça s’est d’abord concrétisé peu de temps après par la sortie d’un premier album très lo-fi appelé « Over the raindrops » en 2007, sous mon vrai nom à l’époque. Les aléas de la vie ont ensuite fait que la musique a dû passer au second plan pendant quelques années.

C’est donc en 2015 que j’ai pris ce pseudonyme « Somehow » et suis désormais accompagné au chant par Aurélie, ma compagne. J’ai alors composé un album appelé « The Desert of Wasted Time » sorti l’année dernière en autoproduction. Au second semestre 2016, nouvelle immersion dans mon home studio où j’ai écrit et enregistré l’album « Hidden Memories » de loin le plus aboutit à ce jour. Le projet a alors pris un nouveau tournant, puisque j’ai signé chez Toolong Records qui m’a proposé de sortir ce disque.

Existe-t-il un souvenir mémorable depuis vos débuts, quelque chose d’unique qui vous serait arrivé?

Pas encore mais je ne désespère pas… 😉

Des actus pour fin 2017/début 2018 peut-être?

L’objectif dans les mois à venir va surtout être de faire connaître ce nouveau disque, et de le défendre sur scène. Il y aura probablement des dates à partir de septembre. La création du dernier album a été un processus très intense et éprouvant : je pense me laisser quelques mois avant de me remettre à composer.

Si vous deviez résumer votre projet en une phrase, ce serait laquelle?

L’ambition ultime de ce projet serait d’arriver à allier la puissance émotionnelle de Joy Division à la spontanéité pop de Belle&Sebastian.

Un dernier mot pour les lecteurs de SAOTW?

Prenez quelques minutes pour découvrir l’album et le clip, et si le cœur vous en dit, passez voir Somehow sur scène ! 🙂

 

BANDCAMP FACEBOOK 

 

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *