Lucas Gabriel est une des nouvelles sensations 2016 ! A écouter sans plus tarder, mais profitez de votre écouter pour en apprendre plus sur ce jeune homme aux mille talents qui ne cesse de surprendre… 

10122015-_B7A8829

Dites-nous en plus sur vos débuts et ce qui vous a donné envie de faire de la musique?

J’ai appris la musique sans passer par le conservatoire, instinctivement et surtout grâce à des tutoriels sur internet, que je regardais le soir en rentrant des cours. C’est surtout à partir du lycée, où je me suis mis à écouter plus de rock, que j’ai eu envie de faire de la guitare. Au bout d’un moment, j’ai essayé d’écrire mes propres chansons, sans trop en parler autour de moi, à part peut-être à mon ami Mathis Gardel, avec qui j’ai collaboré. D’ailleurs, il sortira son premier EP chez Polydor cette année, et on y retrouvera deux titres qui sont directement le fruit de cette collaboration. Mais ce qui m’a donné envie de défendre mes chansons sur scène, c’est ma rencontre avec Benjamin Clémentine qui, quand il m’a entendu chanter, m’a tout de suite encouragé à m’investir à fond dans la musique et m’a tout de suite proposé de l’accompagner pour faire ses premières parties à Lyon et à Paris. Quand quelqu’un comme lui croit en ce que tu fais, autant dire que c’est bon pour la confiance en toi.

 

Racontez-nous une anecdote mémorable de votre carrière?

La première partie de Benjamin au Transbordeur à Lyon, je pense que je ne l’oublierai jamais. C’est sûrement ce concert qui m’a donné envie de pousser le projet au maximum. La veille, j’ai ajouté un couplet à la chanson Drifting Away, et toute la journée dans le van qui nous menait à Lyon, j’ai écouté l’enregistrement que j’avais fait à l’arrache sur mon dictaphone du nouveau texte pour être sûr de mémoriser les nouvelles paroles, et franchement j’avais un peu de mal. J’ai quand même décidé de la tenter, devant une salle comble plongée dans le noir et qui m’écoutait presque religieusement. Comme à la fin du deuxième couplet je n’avais commis aucune erreur, j’étais tellement soulagé que j’ai décidé de pousser ma voix sur le dernier refrain, et c’était la première fois de ma vie que je le faisais. C’était une sensation incroyable.

 

Éclairez-nous sur vos projets en 2016?

Avec la sortie de l’EP le 26 février, cette année je vais surtout essayer d’aller le défendre sur scène, et de l’illustrer en sortant un clip pour chaque chanson présente dessus. Le premier devrait arriver rapidement !

 

Un top 5 de vos coups de cœur musicaux en 2015?

Dans le désordre, l’excellent album Mille éclairs de Baden Baden, dont on n’a pas assez parlé à mon goût. Tout en haut de la liste, je mets aussi Feu ! Chatterton, pour ce qu’ils arrivent à faire aussi bien dans la musique que dans les textes. Bic Médium est une petite pépite. Pour rester en France, je mets aussi Alma Forrer, Fishbach ou encore Radio Elvis, qui eux aussi participent au renouveau de la chanson en français avec talent. Et dans un élan d’insoumission je suis évidemment obligé d’en mettre un sixième, Benjamin Clémentine !

 

Un dernier mot pour les lecteurs de SAOTW?

Moins d’internet, plus de livres.

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *