Nadeah, c’est une bonne dose de folie qui fait du bien pour illuminer votre journée ! Ne perdez pas une seconde et apprenez-en plus sur ce personnage délirant!

Dites-nous ce qui vous a donné envie de faire de la musique.

J’ai commencé à écrire des chansons quand j’avais 12 ans pour la simple et bonne raison que j’étais une élève amoureuse d’un garçon dans ma classe qui s’appelait Tim James. J’étais vraiment timide donc au lieu d’aller lui parler directement j’ai simplement écrit une chanson sur lui. Je ne lui ai jamais joué la chanson mais cela m’a permis de dire tout ce que j’avais sur le cœur, même si c’était uniquement pour les murs du salon. Tout art est un moyen de communication pour moi donc en général j’écris une chanson quand j’ai quelque chose à dire à quelqu’un ou quelque chose de plus global mais je n’ai ni les c******** ou la grâce de le dire simplement avec des mots. La musique en tant que médium a toujours eu beaucoup de sens pour moi car une bonne harmonie ou une bonne mélodie peu me faire pleurer en moins d’une seconde et un très beau poème peut être une voie d’accès à la transcendance. La musique a toujours été mon refuge. Au moment où j’écris, je suis assise dans ma bulle, celle d’un album appelé « Wish you were Here » réalisé par le plus grand des groupes qui n’a jamais existé, Pink Floyd.

 

Racontez-nous une anecdote drôle qui a eu lieu pendant votre parcours.

J’ai presque un million d’histoires drôles car je suis assez distraite. J’en ai une courte que je peux vous raconter ; elle parle d’une rencontre assez particulière que j’ai faite à un after parisien. Je me sentais vraiment mal à l’aise, entourée par des gens très riches et qui avaient réussi dans la vie, que je ne connaissais pas d’ailleurs. Donc j’ai décidé que le meilleur moyen pour me mettre à l’aise était d’aller discuter avec une personne qui avait l’air encore plus mal à l’aise que moi. Je me suis donc dirigée vers cet étrange personnage et on a commencé à parler et ensuite Sting a rejoint la conversation et il s’est avéré que l’homme étrange que j’essayais de mettre à l’aise était en fait le chanteur Elvis Costello.

 

Eclairez-nous sur vos projets en 2015/2016.

Je joue assez mal dans un film italien qui est sorti cette année. Je ne vous dirai pas le nom mais honnêtement je suis la pire actrice que je connaisse. Par-dessus tout, j’avais un énorme bouton qui se voyait malgré le maquillage donc en plus d’être une mauvaise actrice, je ne suis pas belle à regarder, donc pas la peine de vous embêter à regarder le film. Un peu plus fièrement, j’ai réalisé mon premier clip. C’est à propos de la folie du selfie et à quel point il est facile de se cacher derrière un masque, celui de l’informatique. Cela m’a coûté seulement 60 euros mais c’est mon œuvre préférée en 20 ans. C’est la vidéo du single de l’EP « Met a Man » que je viens de sortir. Pour 2016, je vais sortir mon quatrième album studio/second album solo « While the Heart Beats… » en février. Il a été produit par Rob Ellis (PJ Harvey, Bat for Lashes, Anna Calvi) et Marc Colin (Nouvelle Vague). Après cela, je ferai une tournée et ensuite je retournerai enregistrer un album de ballades de modern electro. Je suis impatiente de faire cela. J’ai également deux nouveaux projets dans les tuyaux à propos d’un livre de poésie mais cela ne se fera pas avant la fin de l’année prochaine.

 

Parlez-nous de l’histoire de l’une de vos chansons (son inspiration, son message, etc.).

« Get out of your head ». J’ai été inspirée par mon petit-ami qui semblait se questionner tout et n’importe quoi, à tel point qu’il paraissait gelé sur place. Les anglophones appellent ça : « Analysis paralysis ». Je pense que vous pouvez vous dire que la chanson était en fait une invitation pour le sortir de tout ça et vous auriez raison de vous dire ça. Je ne sais pas si ça l’a aidé à sortir de sa propre tête mais c’était une bonne chanson quoi qu’il en soit.

 

Un dernier mot pour les lecteurs de SAOTW ?

Merci d’avoir pris le temps de me lire et si vous avez trois minutes à tuer, regardez ma vidéo : https://youtu.be/Bzaus6oy1MA

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Un commentaire


  1. Always rerhsefing to hear a rational answer.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *