Pour le 400ème article, je vous parle de NoFlipe, un groupe à l’énergie débordante à écouter sans attendre !

bio_noflipe

Dites nous en plus sur vos débuts et ce qui vous a donné envie de faire de la musique.

On a commencé dans l’appart du bassiste, on se connaissait tous plus ou moins, en gros l’idée c’était de mélanger plein de trucs et de se marrer, de faire des concerts fats et des compos qui font danser. Jusque là tout va bien, on essaie maintenant de se diffuser à une plus grande échelle et de faire parler de nous.

 

Faites nous une petite révélation, quelle est votre chanson « de la honte »? (celle que vous n’écoutez que lorsque vous êtes seuls) 

On a un kiff sur de la grosse fusion de la fin des années 90 bien kitsh et bien cheezy, je ne sais pas si tu connais CAB, et leur morceau CAB mais ça banane pas mal.

Eclairez nous sur vos prochaines actualités.

On a sorti notre 2ème EP le 23 Mai à l’Olympic Café (Paris 18) avec des potes (Apaache). Un premier extrait est disponible (Do You See What You get) en clip sur le net. On va aller défendre le CD sur la route en île de france et province avec une dizaine de concerts entre juin et Aout (toutes les dates sont sur notre site noflipe.com). Après on bosse déjà sur la sortie d’un deuxième extrait du CD en clip pour la rentrée 2015.

 

Racontez nous deux moments forts de votre vie de groupe.

On a gardé un super souvenir du tournage du clip de notre morceau éponyme l’été dernier avec une asso qui déchire (pâte à film). On a filmé ça dans une vieille usine abandonnée en banlieue. On a tourné sur un play-back au ralenti ce qui permet des mouvements de caméra ultra dynamiques une fois les images ré-accélérées à la vitesse réelle. C’était épuisant mais il y avait une vraie synergie entre le groupe et l’équipe de tournage et on en redemandait. Le même été on a également fait un de nos meilleurs concert sur un festival Essonien (Aoutside V). C’était un gros rendez-vous pour nous parce qu’on organise ce festival depuis déjà 5 ans avec notre asso (l’Opération Maxi Puissance) sur Palaiseau. Sur cette dernière édition on avait pris le temps de s’exiler dans le sud une semaine avec tout le groupe pour préparer un show à la hauteur de l’évenement, composer, faire des photos et prendre du bon temps. Le public était dingue et on a eu de supers retours, bref c’était une grosse claque pour tout le monde.

 

Un dernier mot pour les lecteurs de SAOTW?

FAT LOVA LOVA!

 SITEFACEBOOKYOUTUBE

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *