Le groupe de pop indé originaire de Liverpool, The Wombats, était à La Cigale (Paris) le vendredi 13 mars dernier.

Capture d’écran 2015-03-17 à 14.07.11

Crédit photos : Mauro Melis (pour Sound Of Violence

La soirée commence doucement avec les deux premières parties : Compny et Sundara Karma, des British, of course.
La salle n’est pas encore remplie, mais quelques curieux sont là et apprécient ces deux groupes qui nous présentent deux univers assez différents.

Sundara Karma nous propose une musique intense et torturée avec une voix assez puissante. De quoi ravir les oreilles les plus affutées ! Leur set est plus ou moins bien construit mais ils sont encore très jeunes et quelques imperfections – rien de grave – se font entendre parfois, mais cela ne gâche en rien leur présence scénique qui est à noter ainsi que le plaisir que le public a de les voir sur scène et de les écouter en attendant la tête d’affiche. Un public, d’ailleurs, plus ou moins réceptif suivant les chansons jouées.

Entre les deux premières parties, la salle se remplie petit à petit, l’arrivée des Wombats est attendue mais pas encore réclamée. Le groupe Compny nous vient tout droit de Londres, et on ne peut qu’adhérer. Une bonne énergie, des sonorités dansantes et une voix qui se lie aux mélodies comme un autre instrument ; en somme, on est face à un groupe soudé et heureux d’être à Paris ce soir. Une bonne entente se fait ressentir entre le groupe londonien et le public ; le chanteur va même jusqu’à offrir son verre de vin à une jeune fille au premier rang : « Cheers ! ».

Les premiers concerts sont terminés, la salle est pleine, le public commence à s’impatienter quelque peu, mais toujours dans la bonne humeur. L’ambiance, ce soir, est très conviviale !

Capture d’écran 2015-03-17 à 14.07.41

Les Wombats ne se font pas prier trop longtemps. Ils débarquent sur scène et entament un set qui s’avèrera être, dans quelques heures, parfait. Leur prochain album ne sortant que le 13 avril prochain, le public n’est pas encore habitué à ces nouvelles chansons, et malgré tout, les gars de Liverpool ont réussi à alterner entre anciens et nouveaux morceaux sans que les transitions soient trop dures à vivre pour leur public. Bien entendu, le public se déchaine sur les anciens hits mais ne boudent pas lorsque les Wombats leur proposent d’écouter une des nouvelles chansons. Et ils ont bien raison car ces nouveaux titres sont tout simplement des petites bombes qui ne feront que se rajouter à la liste déjà longue des hits créés par ces gars là. Le temps file à toute vitesse, lorsqu’ils s’arrêtent, on se rend compte qu’il est déjà 22h45, et que le temps est passé trop vite. Alors, ce que l’on retiendra de ce concert, c’est une excellente entente entre les membres du groupe, une bonne complicité avec le public et un batteur qui a bien travaillé pour parler en français à leurs fans français, et devinez quoi ? Ca plait énormément.

 SITEFACEBOOK

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *