Comme promis, le partenariat entre SAOTW et Labo Culture continue et cette fois ci, on vous propose une soirée haute en mélodies. Alors si vous êtes attirés par les artistes à la plume fine et élégante, vous allez être servis. Foncez, vous avez toutes les informations sur la page Facebook de l’évènement et vous pouvez tout de suite aller acheter votre billet sur Digitick.

1375168_1483789845205117_5909737691834757029_n

 

Une date ?

Lou di Franco : Le jour où les Sardes se révolteront, mais il n’est pas encore arrivé, j’attends.
Mr Roux : Le 23 octobre 2003.
Sébastien Lacombe : 2011 – année dakaroise-

 

Un livre ?

Lou di Franco : C’est une torture d’en choisir un seul, Hyperion de Dan Simmons, c’est ma dernière vraie grosse claque.
Mr Roux : La vie devant soi d’Emile Ajar ; pour l’humanité qui déborde de toutes les lignes.
Sébastien Lacombe : La Route de Cornac McCarthy.

 

Une chanson de votre répertoire?

Lou di Franco : Bentu, mon premier morceau dans ma langue maternelle.
Mr Roux : Le jour de gloire sur le dernier album. Pour les paroles, la musique, les arrangements de cordes. C’est ma préférée à moi de moi. Je bombe le torse.
Sébastien Lacombe : Celui qui vient de loin.

 

Un album ?

Lou di Franco : Vulgar display of power, parce que c’est le premier CD que j’ai acheté, ou Evol, tiens je vais l’écouter.
Mr Roux : Le Double Blanc des Beatles. Parce que c’est un double. Parce qu’on passe de douces ballades lennoniennes à de furieux rock maccartneyiens. Une fois n’est pas coutume. Parce qu’il y a du bon et du moins bon ce qui montre que les Beatles sont des humains et pas des extra-terrestres.
Sébastien Lacombe : Bleu Pétrole de Bashung.

 

Un magazine ?

Lou di Franco : Un magazine libre si ça existe.
Mr Roux : Astrapi. Pour les astrapans de château fort en papier.
Sébastien Lacombe : National Geographic Magazine.

 

Une période historique ?

Lou di Franco : Celle qu’on ne nous a pas raconté !
Mr Roux : Aujourd’hui. Parce qu’on ne sait pas encore si les gentils vont gagner.
Sébastien Lacombe : La révolution tranquille ; les années soixante au Québec : maître chez nous.

 

Un moment de la journée ?

Lou di Franco : La nuit.
Mr Roux : L’apéro du soir pour le plaisir de l’ivresse.
Sébastien Lacombe : Le matin très tôt.

 

Un objet du quotidien ?

Lou di Franco : La cafetière.
Mr Roux : Une poêle.
Sébastien Lacombe : Ma vieille guitare folk.

 

Un sport ?

Lou di Franco : Fumer.
Mr Roux : Nager dans la mer au milieu des poissons.
Sébastien Lacombe : Le football américain.

 

Un plat ?

Lou di Franco : Culurgiones de Biddammanna.
Mr Roux : Un plat de houmous. Make houmous not war.
Sébastien Lacombe : Tajine Poulet Citron confit.

 

Un mot ?

Lou di Franco : Mot, c’est très bien, j’aime.
Mr Roux : Bonjour.
Sébastien Lacombe : Ensemble.

 

Une expression ?

Lou di Franco : Chez moi on dit : « Non eus spraxiu s’arrobba in su stessu sobi », c’est à dire, « On n’a pas étendu le linge sous le même soleil ».
Mr Roux : « Soyons désinvoltes, n’ayons l’air de rien ».
Sébastien Lacombe : « Avoir du guts ».

 

presse 1jpg - copieLou-Di-Franco-c-Vincent-Loyer-720x350

 

Mr roux 2

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *