Jekyll Wood est un artiste plutôt surprenant. Et quelle agréable surprise! En l’écoutant, on ressent des émotions en pagaille, et c’est assez intéressant. Alors, soyez curieux et n’hésitez pas à découvrir un univers atypique.

jekyl-let-hyde

Jekyll Wood, parlez nous de vos débuts, vos envies et vos influences.

Jekyll Wood, c’est un mec, dans sa chambre, qui décide un jour d’affronter le monde, seul sur scène avec sa guitare et sa loopstation. Ça vient d’un grosse envie de groove et d’énergie, comme me l’ont très bien montré auparavant Keziah Jones ou John Butler, une musique très très rythmique et percussive, et en même temps chargée de phrases très mélodiques. Et comme j’étais donc seul dans ma chambre, sans trop de musiciens à mes côtés, je me suis servi de cette loopstation (judicieusement utilisée notamment par KT Tunstall ou plus récemment Bernhoft) pour recréer toute cette ambiance de groupe sur scène, à l’aide de beat-box et de tout un attirail électronique et analogique enregistré en live, aux pieds, pour pallier aux différents instruments habituels (guitare, guitare électrique, batterie, basse…). D’où l’image du One-man-band 2.0, un homme seul sur scène qui sonne (presque) comme un groupe complet. En vérité, le « one-man-band » est presque un duo, puisque je travaille étroitement avec Nicolas qui, sans être sur scène, gère le son, sa construction, et ses effets depuis sa console. C’est assez vite devenu la démarche principale dans mon esprit : que la musique soit entièrement créé sur scène, instrument par instrument, que tout soit visible sans être ostentatoire, et que la musique puisse ainsi remplir tout l’espace et envelopper tout le monde. Si bien que la déclinaison récente du projet en trio a sa propre identité : le Jekyll Wood Trio. On garde l’idée des boucles enregistrées en live, mais en y ajoutant l’énergie additionnelle d’une section basse-batterie, pour emmener encore plus loin dans l’esthétique rock et toutes ses tensions. Le nom lui-même est un hommage aux John Butler et John Mayer Trios, qui m’ont beaucoup influencé dans mon approche musicale, et notamment « guitaristique ».

 

Racontez nous deux moments forts de votre carrière musicale. 

Le premier moment fort, c’était en mai 2013, à la Pléiade, à La Riche (37). On a fait une résidence de 3 jours dans cette salle avec Nicolas, et un concert de fin de résidence, après beaucoup de travail très intéressant. C’est une date très importante puisqu’on sortait du cadre des cafés-concerts habituels, on se retrouvait dans une salle de spectacle de 300 places. Et c’était assez fort car hormis les conditions excellentes, la salle était pleine ce soir-là, on a dû refuser du monde, avec un public extrêmement chaleureux, et c’était du pur bonheur ! Le deuxième moment fort, c’est le premier concert en trio. C’était le 21 mars 2014 à Montlouis-sur-Loire (37), pendant le festival EverySing. C’était un concert exclusif, qui mêlait la formation habituelle, seul, le trio, un duo avec la chanteuse Kundal et un travail avec des chœurs de chant locaux. Et quelque chose a vraiment pris quand les musiciens du trio m’ont rejoint en plein morceau…un vrai souffle, quelque chose qui me portait, c’était assez exceptionnel. Une première fois. Sans compter le dernier morceau de cette soirée, rejoint par 50 chanteurs sur scène, une expérience magnifique.

 

Dites nous en plus sur vos prochaines actualités. 

Justement, cette soirée du festival EverySing va faire l’objet d’un CD/DVD qui verra le jour début octobre. Le concert a été filmé par l’équipe de Loups Blancs, et enregistré par le Studio Nomad Music. Un bel aperçu de tout le plaisir qu’on a pu prendre sur cette soirée, et un second (le premier pas est l’EP « ONLY SON » sorti le 28 février 2013) pas avant de travailler sérieusement sur un album à venir en 2015. Et puis également des concerts, bien sûr, des festivals cet été, et une rentrée bien chargée.

 

Éclairez nous sur votre façon de voir les choses en musique.

Pour moi, la musique, c’est surtout des découvertes. J’aime aller « au-delà des apparences » en appréciant les nouvelles choses. J’apprécie beaucoup des artistes comme Jamis Cullum, John Mayer ou 20Syl (Hocus Pocus, C2C) justement puisqu’ils ont su, au travers d’une musique assez grand public, ouvrir des portes sur d’autres univers, d’autres styles musicaux, jazz ou blues par exemple. Et j’aime aussi avoir cette approche : j’aime que les morceaux que je propose donnent envie à ceux qui les écoutent de découvrir autre chose, parce que telle ou telle ambiance les aura interpellé, parce que différente, ou inhabituelle. Je ne suis clairement pas pour tourner en rond autour de quatre accords (bizarrement souvent les mêmes) comme le pratiquent un certain nombre d’artistes (non, je ne citerai pas de noms)

 

Un dernier mot pour les lecteurs?

Mot.
Ou de manière plus étoffée : continuez d’ouvrir vos oreilles, restons critiques. Enjoy Music ! Peut-être à un de ces jours.

 

SITEFACEBOOKSOUNDCLOUD

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *