CAVALE, c’est un groupe qui se met à jouer et embarque tous ceux qui l’écoute dès les premières notes. La magie du moment. Profitez en, ils se dévoilent un peu sur SAOTW.

1624174_401042790041590_898998890_n

Parlez nous de vos débuts dans la musique, ce qui vous a donné envie de vous lancer dans ce monde, ce qui vous inspire. 

On a commencé à jouer de la musique à la même période, mais nous sommes vite partis vers deux directions et deux ambiances très différentes.
On s’est vraiment connus lorsque Mathis débutait dans Olympia Fields et que je jouais de mon côté avec LYS. J’ai quitté le groupe l’été dernier. Ça faisait tellement longtemps qu’on voulait jouer ensemble qu’on a commencé deux semaines après. En dix minutes de répétition, SHIRT était pliée. On s’est rendus compte qu’au final on s’inspirait mutuellement. On n’a pas d’idéal ou d’inspiration particulière, je pense que l’un représente cela pour l’autre.

 

Eclairez nous sur la façon dont vous composez vos chansons, les histoires utilisées dans vos chansons. 

Nous composons presque uniquement ensemble. Nous n’avons pas de façon prédéfinie de créer un morceau. Il faut juste être inspiré, et ça peut arriver n’importe quand : en répétition ou autre part. Mathis bidouille pas mal sur son ordinateur et recherche tout le temps des nouveaux sons.
À propos de l’écriture, j’écris la majorité des textes, même si Mathis est présent quasiment tout du long pour m’aider.
Pour SHIRT, on a longtemps bloqué sur les paroles. On a fini par faire une sorte de cadavre exquis, on a écrit chacun une phrase sur deux et ça a donné quelque chose qui n’a pas vraiment de sens, sauf pour nous.

 

 

Dites nous en plus sur vos prochaines actualités en 2014. 

Nous continuons de composer, peut être dans le but de sortir un EP en fin d’année. Et nous sommes en pleine recherche de dates.

 

Racontez nous un moment particulier dans votre vie de groupe. 

Mathilde : Le 6 mars dernier on a joué pour la première fois sur scène. C’était un moment très intense. Je n’étais pas monté sur scène depuis huit mois, Mathis fumait bien trop et ne parlait pas, on était très nerveux. C’était un concert très fort, les gens ont aimé notre musique. C’était le test pour savoir si Cavale était un projet légitime ou pas. Maintenant, la porte est ouverte.
Mathis : Un jour on s’est lancés dans une cover de Troisième sexe d’Indochine. C’est assez particulier, non ?

 

Un dernier mot pour les lecteurs de SAOTW ? 

Mathis : Clope les gars ?

 

BANDCAMPFACEBOOK

1654910_401046016707934_1337826785_n

 

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *