Orouni nous propose de faire un Grand Tour et quel beau voyage! Si vous ne l’avez pas encore écouté, foncez et vous pouvez même aller le voir en concert pour les plus chanceux. Faites vous plaisir, sortez et allez découvrir les artistes en live. En attendant, apprenez en plus sur son parcours, sa personnalité et ses influences avec les 5 questions auxquelles il a accepté de répondre ; pour notre plus grand plaisir!

 

 

Parlez-nous un peu de votre parcours artistique jusqu’à aujourd’hui.

Pendant assez longtemps, je n’en avais que faire de la musique. Puis, ma mère m’a offert sa guitare, j’ai pris des cours et composé des chansons. Il y a presque 9 ans, j’ai donné mon premier concert, au Danemark. En 2006, mon premier album A Matter Of Scale, autoproduit, est sorti. Un deuxième, Jump Out The Window, a suivi en 2008 sur le label MonsterK7. J’ai beaucoup voyagé les deux années suivantes, et ces pérégrinations ont servi de base pour le disque Grand Tour, qui sort ces jours-ci sur Sauvage Records. Entre-temps, Orouni a été prix du public Inrocks Lab en mars 2011. Je me suis également procuré un certain nombre d’instruments tel que balafon, cavaquinho, ou kalimba, j’ai rencontré moult musicien(ne)s que j’ai invité(e)s sur Grand Tour, enregistré par le talentueux ingénieur du son Guillaume Jaoul.

 

Pouvez-vous nous raconter un des moments les plus marquants de votre vie d’artiste ?

En 2008, l’excellent blog Said the Gramophone a posté la chanson Kasawha de Stella Chiweshe, une musicienne zimbabwéenne, qui m’a beaucoup marqué. L’arrangement du morceau est uniquement composé de mbira et de voix. J’étais déjà sensible aux arrangements radicaux, comme par exemple Eleanor Rigby, qui ne compte que des cordes et du chant. Là, c’était non seulement radical, mais entièrement extra-occidental. David et Brent de The Lines peuvent en attester, je leur avais envoyé un mail pour leur dire que cela avait changé ma vie.

 

Expliquez-nous ce qui vous attire dans la musique.

Ce que je préfère, c’est qu’elle est un langage en soi, un monde à elle toute seule, comme la peinture abstraite. Et je ne comprends toujours pas comment. J’aime aussi le fait de voir des couleurs quand je compose ou entends de la musique. Enfin, quand on en fait à plusieurs, elle permet de s’enrichir des apports des autres.

 

Eclairez-nous sur vos projets en 2014.

Défendre le plus possible l’album Grand Tour, faire en sorte qu’il soit entendu. Également faire des concerts, pas seulement à Paris.Continuer à composer et écrire des chansons, pour un prochain album.

 

Si vous avez un message à faire passer aux lecteurs de SAOTW, c’est le moment !

Écoutez (Please) Don’t Blame Mexico,jaune!Simple as PopOThousand,Maison NeuveThe RodeoMina Tindle, et allez les voir en concert.

 

Et surtout, allez voir Orouni en concert! Et justement pour les Parisiens, il y aura un concert au Divan du Monde le 1er mars prochain. Et si vous ne pouvez pas vous rendre à ce concert, vous pouvez toujours vous rattraper en achetant l’album en précommande sur iTunes mais vous pouvez acheter cet album en version vinyle sur le site du label.

SITE OFFICIEL

 

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *