Erwann du groupe De la jolie musique a joué le jeu des cinq questions sur son parcours artistique afin de nous délivrer des aspects de sa vie que nous ignorions peut être, ou pas, tout dépend de nos connaissances dans le monde de la musique. Quoiqu’il en soit, De la jolie musique, a le don d’apaiser et de rendre heureux. Profitez en, on vous offre la joie de vivre le temps d’une entrevue.

Autorportrait d’Erwann Corre

Tes débuts dans la musique.

La musique m’est arrivée comme la possibilité de faire vivre un univers de fiction et non comme l’envie de reconnaître ou de déchiffrer un son ou de découvrir une nouvelle forme d’ écriture. C’était évidemment une façon pour moi de m’exprimer, peut-être de me faire comprendre mais surtout de mettre en forme mes propres histoires et mes propres créations. Les premiers instruments que j’ai eu entre les mains ne me servaient pas à faire de la musique, je les utilisais comme accessoires…une guitare devenait une hache ou une épée, un ampli pouvait se transformer en robot et un pupitre faisait très bien l’affaire comme arbalète, donc souvent des armes ou des monstres, j’étais un petit garçon tout ce qu’il y a de plus normal. Un jour j’ai découvert que je pouvais agencer les sons  de manière à les rendre narratif ce qui me permettait de raconter une histoire d’une manière plus abstraite qu’en vidéo ou en dessin par exemple. Là, j’ai commencé à entrevoir les possibilités de l’instrument de musique en tant qu’instrument de musique.

 

Ce qui t’attire dans la musique.

J’aime beaucoup quand la superposition des sons en fabrique un nouveau, c’est la chose la plus belle au monde.

 

Le ou les évènements les plus marquants dans ta carrière.

Je ne parlerais pas de carrière mais plutôt de vie, et les événements les plus marquants sont rarement des choses exceptionnelles. Ca peut être un simple bisou sur la joue ou une phrase prononcée par quelqu’un qui m’est cher ou la satisfaction de voir les gens heureux après  avoir organisé une belle soirée.

 

Ce que tu prévoies pour 2014.

Essayer de revendre aux gouvernements du monde entier mes instruments de musique pour qu’ils les utilisent comme armes de guerre.

 

Si tu as un message aux lecteurs du site.

 » Nous le texte on s’en fout ce qui importe c’est la musique, on brille de mille et une façon, on ne vit que pour les applaudissements « 

 

Si vous avez été touché(e) par ce qu’a pu nous dire Erwann, n’hésitez pas à aller voir De la jolie musique en concert à Paris, le 29 janvier prochain à L’International et le 1er mars au Divan du Monde, ça marche pour vous? Et en attendant, vous pouvez découvrir son univers sur Deezer

 

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *