Minou Mortem inaugure une toute nouvelle rubrique sur Some are on the way. A présent, vous pourrez aussi découvrir les groupes en cinq grandes étapes de leur vie artistique. Commençons avec Minou Mortem qui vient se confier à moi à l’occasion d’une soirée qui promet d’être très belle et haute en couleurs.

  • Parles moi de tes débuts dans la monde de la musique.

Vers l’âge de 11 ans, j’ai acheté l’album Antichrist Superstar de Marilyn Manson. Mon meilleur pote et moi, on a écouté ça, et on a décidé d’être des rockstars parce que c’était cool. J’ai toujours été entouré de musiciens, mais cet album a posé les bases. C’est un petit bijou à la production géniale, signée Trent Reznor. Des guitares hyper tranchantes, des boites à rythmes de folie …. Tous les petits détails dans la production de l’album nous ont fait péter les plombs, ainsi que les atmosphères et ambiances qui s’en dégagent. Je sais pas si on a d’abord essayé de jouer de la gratte ou de se maquiller. Ce qui est sûr c’est qu’on essayait de créer des ambiances de fou sur Cubase en enregistrant ma chasse d’eau avant même de savoir enchainer deux accords en rythme. Là j’avais onze ou douze ans, et j’étais sûr de conquérir le monde en samplant mes chiottes.

 

  • Dis moi ce qui t’attires dans la musique. 

Qu’est-ce qui me lie à la musique ? Ou qu’est-ce qui me plait chez certains artistes ? Difficile d’y répondre brièvement. J’aime l’intelligence d’un concept, d’une idée, d’une création pensée dans sa globalité. Mais seulement si tout cela permet d’exprimer une part de spontanéité, donc une perte de contrôle. Que l’ordre puisse-t-être utilisé pour mettre en valeur le chaos … Pour moi, c’est ça le rockn’roll : vouloir exploiter l’incontrôlable. Qu’importe le genre musical.

 

  • Eclaires nous sur l’événement qui aura lieu dans quand quelques jours. 

Le 14 décembre, on co-organise la soirée We Are Vicious #1 avec l’asso Art’Kileptik. We Are Vicious, c’est l’idée de se regrouper entre groupes « bâtards », collaborer, jouer ensemble, monter des projets… Bref, faire émerger une nouvelle scène, qui ne demande qu’a s’exprimer. Créer une émulation entre tous ces projets de l’ombre, hors circuits, aux influences souvent impopulaires en France. Et en faire profiter le public : j’aimerais qu’il soit surpris d’aimer ce qu’il entend. Le but de cette première soirée, c’est de proposer des concerts de qualité, avec une programmation originale. Ca nous permet de faire jouer des potes, Salinger’s Trip, de jouer nous-même avec Iris Von Gul et de faire venir, en tête d’affiche, un autre groupe émergeant et en lequel on croit autant qu’en nos projets, Ze Gran Zeft, des types en jogging qui mélangent crunk rap et métal du ghetto, parsemé de dubstep. J’ai l’impression qu’ils prennent des stéroïdes. Ca va être un peu la fête foraine, vous devriez vraiment venir.

 

  • Racontes moi tout sur tes projets pour 2014

Avec Iris Von Gul, tourner un maximum, manger de la scène, continuer à fignoler la demo de notre premier album et à tester les morceaux sur scène. Devenir le groupe le plus fou de Bordeaux, laisser le public ahuri ou alors le faire partir dès les premières minutes. On veut des sets très, très intensifs. On sort une petite vidéo de répétition dans les jours à venir, là. Mais on sait que sur scène, on a quelque-chose à montrer, on sort nos tripes et sans faire semblant. Dans un registre bien éloigné, on commence a monter un live pour jouer mon premier album solo, « Blanche », sorti sous le nom d’Adouk Boucan. J’appelle ça du coldswing, c’est un peu connoté jazz mais c’est toujours assez froid et robotique … Des beats trip-hop, mais je m’interdis rien, mélanger oriental et electronica par exemple, c’est stylé. Sur scène, on sera trois avec mes potes. Je fais le piano, Pierre joue un saz électrique que mon père nous a prêté, et Sam de gros synthés. On a monté ça suite à la proposition d’une date au Bootleg, en février. J’espère qu’on sera prêts à temps.

 

  • Fais toi plaisir et dis tout ce que tu veux aux lecteurs de Some are on the way 

Soyez curieux et mettez vous en danger.

 

EVENEMENT FACEBOOK 

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *