GrimLake est un projet détonant. A base d’évasions et d’harmonies, GrimLake réussit à nous faire voyager loin, très loin. Je ne trouve pas les bons mots pour vous décrire les effets qui peuvent être ressentis à l’écoute de cette musique ; je vais donc laisser la parole à l’artiste qui a accepté de répondre à quelques questions.

  • GrimLake, une signification particulière ?

La traduction littérale veut dire « Lac lugubre ». A la base je cherchais à composer un nom avec le mot « lake » car les lacs ont toujours eu un effet particulier sur moi. A la fois relaxant et inquiétant…c’est difficile à expliquer. L’idée du terme « grim » m’est venue en pensant aux comptes des frères Grimm que j’apprécie vraiment. Au final le nom « GrimLake » m’a paru correspondre tout à fait à l’ambiance de ma musique.

 

  • Comment as-tu eu envie de te lancer dans la musique ?

J’ai commencé la musique par le piano à l’âge de 5 ou 6 ans mais ça n’est que récemment que j’ai vraiment appris à utiliser la musique comme un moyen d’expression. La musique est devenu mon moyen de partager mes émotions, « faire sortir » certaines choses que je garde en moi. Je ne me suis jamais vraiment posé la question de savoir ce qui m’avait vraiment poussé à me lancer dans la musique mais je pense que c’est quelque chose qui me parait désormais naturel.

 

  • Est-ce que ce que tes parents écoutaient quand tu étais plus petit a eu une quelconque influence sur la musique que tu composes aujourd’hui ?

Je suppose que oui. On est forcément influencé par tout ce qu’on a écouté mais mes parents écoutant principalement du jazz et de la chanson française, on peut difficilement faire le lien entre ces styles musicaux et le style de GrimLake. Ceci dit, mon père m’a également fait découvrir des artistes qui, je le pense, m’inspirent toujours énormément aujourd’hui. Je pense notamment à Pink Floyd, à Eagles ou aux Beatles.

 

  • Est-ce qu’il y a une rencontre dans ta vie de musicien qui t’a particulièrement touché ?

Hmmm…dans ma vie de musicien non, pas particulièrement. Chaque rencontre que je fais dans le cadre de la musique est unique et enrichissante mais les rencontres qui ont vraiment changées ma vie sont plutôt d’ordre personnel.

 

  • Comment procèdes tu dans la composition de tes morceaux ? Est-ce que les histoires racontées sont réelles ou fictives ?

Ça dépend vraiment des moments. Il m’arrive de me réveiller en plein milieu de la nuit avec une mélodie en tête et de l’enregistrer aussitôt mais la plupart du temps, je prends simplement le temps de m’assoir devant mon piano ou de prendre ma guitare, fais le vide dans ma tête et laisse mes doigts vagabonder jusqu’à trouver une mélodie qui me parle. Quant aux histoires racontées, faisant de la musique instrumentale, les histoires sont celles que les auditeurs imaginent en écoutant ma musique.

 

  • Quelle est l’histoire de ta première composition ?

Le premier titre que j’ai composé pour GrimLake a été « When It Rains » qui est la première piste de « Twin Sun », mon premier EP. Je rentrais chez moi un soir de pluie après une journée assez déprimante et le son de la pluie derrière mes fenêtres m’a donné envie de me mettre devant mon piano et de jouer. La mélodie de l’intro a été la première chose à sortir, sans que j’y pense vraiment. J’ai ensuite ajouté différentes pistes une par une pour créer le reste du morceau.

 

  • Quel est le top 3 de tes meilleurs souvenirs de concert ?

N’ayant fait pour le moment qu’un seul concert avec GrimLake (c’était Mardi dernier au Nouveau Casino en première partie de God Is An Astronaut), je ne peux pas vraiment répondre à cette question. Tout ce que je peux dire c’est que cette soirée a été l’une des plus gratifiantes de ma vie de musiciens. J’ai eu beaucoup de très bons retours du concert et je remercie énormément les personnes qui sont venus me voir pour me dire que ma musique les touchait.

 

  • Et le top 3 de tes souvenirs les plus embarrassants ?

Voir réponse précédente. A moins que tu ne parles de concerts en général mais je préférerais ne pas parler de mes projets autres que GrimLake.

 

  • Comment vois-tu la suite pour ton projet ?

Je travaille depuis plusieurs mois sur un nouvel EP qui devrait normalement sortir à la fin de l’année. Cet EP est d’ailleurs en pré-commande pour encore une semaine ici : http://www.indiegogo.com/projects/grimlake-s-new-ep En parallèle je cherche à faire le plus de dates de concert possible en contactant les organisateurs de concert lorsqu’un groupe dans l’esprit de GrimLake joue sur Paris et n’a pas de première partie annoncée. J’espère forcément que le projet ira le plus loin possible mais je souhaite avant tout faire de la musique sincère et personnelle et mon but premier n’est pas de venir une rock star.

 

  • Un dernier mot pour les lecteurs de Some are on the way ?

Si vous aimez vous évader lorsque vous écoutez de la musique, je pense que GrimLake est fait pour vous. N’hésitez pas à suivre le projet sur Facebook (https://www.facebook.com/Grimlake), je travaille énormément sur le projet ces derniers temps et beaucoup de bonnes choses devraient se mettre en place dans les mois à venir.

 

BANDCAMPFACEBOOK

 

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *