« Petite bouche » et pourtant de grandes choses à dire, Little Mouth, originaire de Mont de Marsan nous dévoile ses petits secrets de fabrication dans une interview pour Some are on the way. Sa pop/folk se plait à vous accompagner dans vos petits moments de bonheur ; cette musique assez précieuse est loin d’être décevante, et c’est tant mieux pour nous !

© Le Paon

  • Pour commencer, est-ce que tu pourrais te présenter au cas où certains lecteurs ne te connaitraient pas ?

 Little Mouth : Je m’appelle Thierry, je viens de Mont de Marsan, j’ai 19 ans. J’ai commencé la musique il y a à peu près 4/5 ans. Je suis allé voir un concert d’Adam Green à Paris parce que j’aimais bien ce qu’il faisait ; j’y étais allé tout seul et pendant le concert j’ai eu une révélation. Le lendemain je me suis acheté une guitare dans un vide grenier à 20 euros et j’ai commencé à apprendre à en jouer. J’ai débuté avec un groupe qui s’appelait The Horses, ça s’est bien passé, on faisait quelques concerts, on avait même fait la première partie des Plastiscines à Mont de Marsan. Après j’ai décidé de prendre mon envol parce qu’on avait pas trop les mêmes goûts musicaux, on est partis chacun de notre côté, et c’est là que j’ai eu l’idée du projet solo : Little Mouth. Je trouvais le nom sympa du coup j’ai gardé ça !

 

  • Little Mouth, il y a une signification particulière ou c’est seulement une question de sonorités ?

LM : Ce que j’aimais bien là dedans c’est le fait que ce soit petit (« little »), et donc qu’il y ait une petite bouche mais qui puisse dire des trucs sympathiques, apporter ses opinions sur divers sujets, etc. Et donc, c’est quelque chose de petit mais qui peut s’ouvrir sur de grandes choses, enfin j’espère.

 

  • Et donc Little Mouth c’est ton projet solo mais comment ça se passe sur scène, tu es accompagné ?

LM : Au début j’ai commencé avec ma copine qui est musicienne aussi mais c’est pas super de mélanger musique et amour, et finalement on s’est séparés et du coup j’ai continué tout seul. Maintenant je bosse avec un musicien depuis quelques mois en concert, il s’appelle Thomas et il joue des percussions (Tom basse, Glockenspiel) et de la guitare. Et j’ai pour but de travailler avec un violoniste aussi.

 

  • La composition, ça se passe comment ? C’est plutôt anecdotique ou fictif ? 

LM : Ca dépend des fois. Il y a eu un moment où je venais de me séparer de ma copine donc là c’était dur et du coup j’écrivais beaucoup là dessus mais il y a des chansons où je parle de liberté, de paradis, d’idéal…

 

  • Et ta plus grande source d’inspiration, ce serait quoi ?

LM : Je dirais Bob Dylan. J’adore écouter ses vinyles ; ça fait cliché un peu l’artiste qui écoute que des vinyles mais j’aime bien en écouter. J’écoute beaucoup Dylan, Pete Doherty, The Moldy Peaches, et toute la scène rock indé. En plus, il y a une très bonne scène bordelaise ; je pense notamment à Dream Paradise, Kid Bombardos, Be Quiet, Moon… J’aime bien Bordeaux !

 

  • Est-ce que tu pourrais nous parler de l’un de tes meilleurs souvenirs de scène ?

LM : Je pense à la fois où j’ai fait la première partie de Louis Bertignac au Café Musique à Mont de Marsan. C’était avant qu’il fasse The Voice, donc il était pas encore considéré comme le mec de The Voice. C’est un mec sympa, j’en garde un bon souvenir.

 

  • Est-ce qu’il y a un moment vraiment embarrassant sur scène ou quand tu jouais dans la rue qui t’a vraiment marqué ?

LM : C’était à un concert pendant le grand final d’une de mes chansons qui s’appelle Fool et j’ai oublié les deux dernières phrases, du coup j’ai dit : « Excusez moi j’ai oublié les deux dernières phrases ! » et j’ai fini le concert comme ça (rires). C’était affreux, mais j’étais un peu bourré sur scène, c’était un peu con, voilà.

 

  • Tu as dit que c’était Adam Green qui t’avait donné envie de jouer de la guitare, mais quand tu étais plus petit quel est le métier que tu voulais faire ?

LM : Quand j’étais petit, mon père était cuisinier et il a travaillé au Fouquet’s quand il était jeune, et je voulais faire comme lui, c’était ça mon premier but. Mais je suis pas un bon cuisinier, je mange que du poisson pané (rires) !

  • Quels sont tes projets, à fond dans la musique ou tu as une roue de secours ?

LM : Je viens d’avoir mon BTS. BTS de conception industrielle, c’est un truc qui me plait bien ; parfois je fais des guitares en 3D, je trouve ça marrant.

 

  • Tu nous parlais de l’influence de ton papa, est-ce que tu peux nous parler de l’ambiance musicale dans laquelle tu as grandi ?

LM : J’ai des origines malgaches et ma mère écoute beaucoup de chansons malgaches à fond dans la maison à chaque fois ; ça m’a donné la joie de vivre quand j’étais petit ! Mon père par contre est plus dans un répertoire de chansons françaises, Edith Piaf, des trucs comme ça. J’ai été bercé par ça, et les chansons de dessins animés mais c’est surtout ce que j’ai écouté ces dernières années qui influence ce que je fais aujourd’hui en musique.

 

  • Si tu devais définir ta musique en quatre mots, tu choisirais lesquels ?

LM : Doux, mélodieux, calme, paisible.

 

  • Si tu avais un dernier mot à dire à ceux qui auront lu l’interview jusqu’au bout… 

LM : Un dernier mot ? Je savais qu’il y aurait une question comme ça (rires)… Un dernier mot comme ça… Je bois un demi cassis alors je dirais « Cassis ». Non, vin blanc !

© Eric Meurice

FACEBOOK  – NOOMIZBANDCAMPSOUNDCLOUD

Photo de couverture : © David Hockney 

Et si vous avez envie d’aller voir Little Mouth en concert, c’est possible !

● 02, 03, 04/08 – Festival Bastid’art (Miramont de Guyenne 47) ● 08/08 – La croisière de Gertrude @I.Boat (Bordeaux 33) ● 10/08 – Le Brémontier (Hossegor 40) ● 30/08 – Fête de Saint-Jean d’Août (Mont de Marsan 40) ● 31/08 – Folk You Live @Place Pitrac (Mont de Marsan 40) ● 07/09 – Festival « Il suffit de passer le pont » (Auzay 85) ● 25/09 – Université Michel de Montaigne @Bordeaux 3 (Pessac 33) ● 05/10 – XL Tour Festival @Le Café Music (Mont de Marsan 40)

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *