Deluxe, une signification particulière ?
Pas particulièrement, ça vient d’un vieux délires de vieux collègues !

Vous êtes originaires d’Aix-en-Provence, racontez nous un peu la rencontre du groupe et la façon dont vous avez décidé de monter le groupe.

La base du groupe c’est Pietre, le guitariste, Cayo le bassiste et Kilo le batteur beat-maker. On s’est rencontré tous les trois il y a une dizaine d’années avec comme objectif, déjà très jeune, de réussir à vivre de notre musique. Il y a eu différentes formations autour de ce trio. Depuis cinq ans Soubri aux percussions et à la MPC et Pépé au saxophone ont rejoint la formation. On a pas mal tourné dans la rue et les bars de la région, ça nous a permis de nous faire la main et d’apprendre le métier.
Pendant la composition des morceaux, comment procédez-vous ?
Le groupe manquait cruellement d’une voix mais il n’y avait pas encore eu de rencontre opportune. En 2010, sur un projet parallèle, Kilo a collaboré avec Liliboy. Le travail c’est très bien passé et son intégration s’est faite naturellement.
Comment écrivez-vous vos textes ? Ont-ils un rapport avec ce que vous pouvez vivre au quotidien ?
Dans un premier temps on fait un travail en home studio, les compositions partent de samples, de recherches sonores dans de vieux vinyles où chacun des membres du groupe amène sa couleur et ses idées. Ensuite on teste ces productions en live et on peaufine les morceaux en fonction de la réaction du public. Les textes parlent de la vie qu’on aime, de blagues, de thèmes légers. C’est Liliboy qui écrit.
Justement, parlez-nous, si vous le voulez bien, de votre chanson PONY d’un point de vue instrumental et vocale.
Pour Pony on d’abord composé toute l’instru’, ensuite on cherché des vocalises, des gimmicks de voix puis Liliboy à écrit dessus.
On dit de vous que vous êtes énergiques et spontanés autant sur scène qu’en studio, est-ce vrai ? Comment vivez-vous la scène ? Quel effet cela a sur vous ?
On a toujours favorisé la scène en faisant en sorte que ce soit du spectacle. C’est sur scène et avec le public qu’il y a le plus d’énergie. On peut le travailler en studio mais le rendu ne sera jamais le même. Comme tu t’en doutes monter sur scène c’est ce qu’on préfère, un peu comme des sportifs qui s’entraînent pour le jour de match.
En parlant de scènes, on sait que vous avez commencé dans les rues d’Aix-en-Provence, comment avez-vous fait la transition entre les concerts de rue et les concerts sur scène ? Quels sont les avantages et les inconvénients des deux côtés ?
Pour être francs on s’est construit dans la rue mais il est évident que sans la fabuleuse rencontre avec le label Chinese man Records tout cela aurait été bien plus compliqué. Désormais nous avons la chance de pouvoir nous produire sur des scènes professionnelles. La pression est plus grande mais le jeu en vaut la chandelle. On continue de jouer dans les rues d’Aix chaque fois qu’on en a le temps.
Avez-vous quelques anecdotes de vies de groupe à partager avec nous ?
La plus belle anecdote à été pour nous de pouvoir rencontrer sur scène l’immense Beat Assaillant. Après ça on a eu l’opportunité de collaborer avec lui sur un des titres (Never Lose) de notre E.P. Polishing Peanuts sorti l’année dernière.
Vous êtes actuellement en tournée française, prévoyez-vous de sortir un album ?
On travaille déjà dessus. Il sortira le label Chinese Man Records dans un peu moins d’un an.

 

Quelles sont vos prochaines actualités pour 2012 ? Et que peut-on vous souhaiter ?

Le Zénith de Montpellier en première partie de Chinese Man le 15 mars, Limoges le 16 mars à La Fourmi, le 21 mars à Rouen au Festival Trans Européennes, le 24 mars à Vannes à L’échonova, le 26 mars à Toulon à la fac La Garde, le 7 avril à Toulon à L’oméga Live, le 9 avril à La Maroquinerie à Paris, le 10 et 11 à la Cigale, le 13 avril à Marseille au Dock des Suds et le 14 avril à Grenoble au Bifurk. Et encore beaucoup d’autres sont à venir. Vous pouvez retrouver toutes les dates le myspace (www.myspace/deluxeaix.com). De continuer avec des salles qui se remplissent toujours plus.

 

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *