Call In Kage, une signification particulière ?

Micka : Pour commencer nous avons choisi le nom de CALL IN KAGE car nous trouvions que c’était assez accrocheur à l’oreille, qu’il y avait quelque chose qui « sonnait ».
Puis après, on peut interpréter ça de différentes façons. Comme une voix qui résonne, une raison morale qui hante. Kage est le représentant physique de ce mal.
Racontez nous un peu l’histoire du groupe.

Micka : Alors le line up actuel date d’il y a environ 1 an. Max et moi nous sommes rencontrés en 2008 et nous avons ensuite commencé à faire de la musique ensemble entourés d’autres membres.
Après une vie de groupe un peu mouvementée, nous sommes aujourd’hui au complet et assez content du résultat.
Comment se passe la composition des morceaux au sein du groupe ?

Micka : La plupart du temps c’est Max qui compose de son côté. Il enregistre les bases chez lui et nous les envoi.
A partir de là je vois si le morceau m’inspire, si ma voix se pose bien dessus. La suite se fait en répète, on teste le tout, ce qui « sonne » ou non, et hop !
Quelle étiquette pourrait-on donner à votre musique ? (même si en général je n’aime pas cela et les groupes non plus)

Micka : Nous n’avons pas forcément d’idée bien arrêtée sur la question. D’après les avis extérieurs, notre musique se situe entre le Rock, le métal et ses déclinaisons, parfois avec une petite touche plus « core ».
D’ailleurs on nous a dit quelques fois que ça cognait un peu plus en live que sur le CD.
Quelles sont vos principales influences ? Dans quel univers musical avez-vous grandi ?

Micka : Nous avons en majorité grandi et construit le groupe autour de la scène néo. A partir de là on peut citer des groupes comme deftones, Sevendust, Breaking Benjamin, 36 Crazyfists et autres. D’autres influences sont apparues plus tard comme killswitch Engage, Emery, Underoath etc.
Vous avez sorti un EP il y a quelques temps ? Comment a-t-il été accueilli ?

Micka : Alors nous avions enregistré un petit EP avec les moyens du bord il y à de ca 2 ans… Nous ne le distribuions qu’en concert.
Rien de très officiel, le but était de mettre en boite les compos de l’époque, avoir un support et une première expérience « studio ».
Nous avons sorti depuis le 28 novembre notre EP « Healing Light » qui est beaucoup plus abouti.
Une tournée de prévu afin de le promouvoir dans toute la France ?

Micka : Malheureusement pas encore, mais nous comptons bien y remédier ! Work in progress.
En parlant de concerts, quel a été votre premier concert en tant que Call in Kage ? Quels souvenirs en gardez-vous ?

Micka : Je crois que notre premier concert sous le nom de CALL IN KAGE était à Meaux, notre ville natale, au studio ou nous répétions chaque week end.
On en garde un souvenirs plutôt sympathique, et positif, avec un peu de monde et une bonne ambiance.
Avez-vous un rituel avant les concerts ?

Micka : Rien de très extraordinaire mais on aime bien se retrouver 15 min en loge (quand il y en a une) avant de monter sur scène.
On se concentre un peu, s’échauffe et se motive mutuellement. A calm before a storm.
Jona: on essaye d’évacuer un maximum de stress en passant les dernières minutes ensemble.
Quelle est la rencontre la plus marquante pour le groupe

Micka : Jusqu’à maintenant nous n’avons pas encore eu la chance de rencontrer un groupe ou un musicien que nous adorons particulièrement. On espère que ça viendra.
Jona : Pas mal de groupes avec lesquels nous avons pu jouer constituent de bonnes rencontres personnelles, émotionnelles, etc…
Dans le groupe qui est le plus :
– En retard : Jona
– Lourd : Max
– Drôle : Micka
– Timide : Arnax
– Bavard : Romano
Pour finir, je vous laisse la parole.

Micka : Tout d’abord merci a vous pour nous avoir permis de nous exprimer, à ceux qui lirons cet article afin de nous découvrir, ou nous connaître d’avantage.
On ne le dira jamais assez, n’hésitez pas à aller écouter notre Ep sur le Facebook du groupe, Deezer, iTunes et autres plateformes numériques, il est disponible un peu partout. En attendant les prochains concerts, nous composons afin de proposer constamment de nouveaux sons en live, en plus de ceux de l’EP. Alors, come on guys.

 

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *