« Il y a dans ce club une place pour nous… »

Admettons que nous suivions le chemin de ces trois garçons. Nous entrons dans ce club, et là, nous nous prenons une claque assez impressionnante.  Sous leurs aspects de faux baby rocker, le groupe Dissonant Nation nous délivre un rock à la fois dur et tendre. Leur chanson « Sauvage », titre éponyme de l’EP, a tout de la chanson dédiée à une certaine muse qui aurait été la source d’inspiration d’un des membres du groupe. Quant à nous, c’est leur musique que nous pouvons considérer comme « sauvage » pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Les Dissonant Nation se dévoilent réellement sur LA chanson de l’EP, d’après moi. En effet, à coups de mélodies entrainantes et refrain accrocheur, « We play we are » sonne différemment des autres morceaux de l’opus. Et nous finissons en beauté avec le rock sale tout droit sorti du fond d’une cave sur « Sexy Suicide » qui clôture cet opus de façon langoureuse et envoutante. En conclusion, les Dissonant Nation proposent un 4 titres, à la fois anglais et français, au rock déroutant et poignant. Sans être des plus originaux, avouons-le, ils savent tirer leur épingle du jeu en assurant des chansons travaillées au son irréprochable (merci à Richard Woodcraft!). Ces garçons sont sur la voie d’un avenir prometteur !

Sabrine Khinibilla

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *