Dead Sea Lions ou comment tout comprendre au tube efficace qui ferait même bouger une mamie de 99 ans ! Les quatre parisiens nous délivrent une pop acidulée alliée à de l’electro détonnante de celle à laquelle nos oreilles sont habituées. Ils ont réussi le pari de pondre un EP énergique qui inclus toutes sortes d’influences, des Queen à The Prodigy, en passant par Daft Punk ou encore Britney Spears.

« Children » ouvre le bal complètement délirant des Dead Sea Lions, et on retombe tous en enfance. Ils nous font voyager dans le temps, direction les nineties, avec des samples et une rythmique réfléchis et une voix plutôt fougueuse. Et mon écoute continue avec le désormais connu « Yellow Books ». Alors si le vidéo clip a pu en choquer certains, nous y retrouvons le grain de folie dont le groupe est doté. La recette magique a encore une fois été appliquée à ce titre qui ne quitte plus votre esprit une fois écouté. Néanmoins, nous remarquons des choeurs et quelques solos de guitare qui propulsent ce morceau vers un univers un peu plus rock’n’roll que le reste de l’EP. Revenons aux basiques des Dead Sea Lions avec  » The Return », à mettre absolument aux platines de vos soirées si vous voulez qu’elles soient réussies. « We sang old songs » est une pause aérienne de trois minutes et vingt sept secondes, comme un hymne que l’on retient sans vraiment le vouloir. Mais revenons sur terre, « Flesh & Wax » se fait entendre et dirige nos corps pour qu’ils se déhanchent au rythme de cette chanson aussi tubesque que les autres. Finissons en beauté avec la « Fake Dogs Parade », aussi sublime que la parade Walt Disney, Mickey et Blanche Neige peuvent aller remballer leur costume, les Dead Sea Lions mettent la barre très haute. Emportée par la foule de sons et d’ingrédients nécessaires à la bonne humeur de ce morceau, on entre un petit peu en transe pendant cette chanson, surtout au niveau du passage instrumental.

Les chansons des Dead Sea Lions sont véritablement touchantes et renversantes. Il m’est très difficile d’en faire un choix concret, car elles sont toutes autant talentueuses. Pari réussi pour ces ovnis de l’electro pop parisienne ! Il me tarde d’entendre la suite de leur travail sur un futur album (peut être, on a le droit de rêver un petit peu ?), en attendant, je continue de danser sur ce six titres délicieux.

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *