Freeds, une signification particulière ?

« Freeds » signifie en français « affranchis », cela n’a pas une réelle signification mais cela reste un nom qui nous semble simple, efficace, et dont la symbolique reste ouverte : Cela pourrait suggérer un désir « d’affranchissement » de la musique que l’on entend beaucoup, et ça peut donner un petit côté rebel aussi !

 

Racontez nous un peu l’histoire du groupe.

Le projet est né en février 2011, j’ai (Etienne, Guitare/Chant) rencontré Léo (Guitare) à une soirée d’amis commun, nous avons discuté : Je sortais d’un autre projet musical qui avait plus ou moins coulé, nous avons donc décidé de monter un groupe. Arthur (Batterie) s’est rapidement joint au projet, puis Mélia (Basse, Clavier, Choeurs), en avril le groupe était au complet. Nous avons joué pour la première fois lors de la fête de la musique, et avons enchaîné plusieurs dates sur Lyon depuis. Nous avons sorti un EP deux titres en novembre. Et l’histoire continue doucement.
Vous êtes jeunes, comment arrivez-vous à combiner études et musique ?

Combiner musique et études n’est pas facile. Aucun d’entre nous n’a décidé de lâcher un travail régulier au lycée au profit de la musique. Cela demande donc beaucoup d’organisation et souvent, on galère. C’est un peu le prix à payer actuellement.
Vos proches vous soutiennent-ils?

Oui ! Nous sommes énormément soutenus par nos parents et notre famille. Nous recevons beaucoup d’aide de leur part, sans laquelle, tout serait plus difficile.
Vous avez enregistré quelques titres il n’y a pas longtemps, comment pouvons nous les écouter ?

Nous avons enregistré deux nouvelles chansons en studio, elles sortiront séparément, nous les mettrons en ligne sur notre page facebook et myspace l’une après l’autre entre février et mars. Notre EP est déjà en écoute gratuite sur ces pages.
Sinon parlons un peu du live, quel a été votre premier concert et quels souvenirs en gardez-vous?

Notre premier concert en tant que groupe fut à l’occasion de la fête de la musique et ce fut une horreur : Nous avions prévus de jouer plusieurs fois dans la soirée mais si-tôt notre premier (et timide) set fini, une pluie battante s’est abattue permettant a peine aux Genital Panik qui jouaient avec nous ce soir là de faire leur set. Au final notre matériel à beaucoup souffert, nous un peu aussi, mais ce n’est pas un si mauvais souvenir …
Comment trouvez-vous la scène lyonnaise ?

Lyon est une ville qui présente une grande diversité d’un point de vue musical, de ce fait on trouve tout pleins de choses : Dans l’univers du rock qui nous concerne plus, il y a énormément de groupes, des très bons et des plus moyens, des originaux et des conformistes. C’est dur de vraiment avoir un avis sur la question, mais on est content de suivre différents artistes et groupe locaux qu’on affectionne, de manière générale la scène lyonnaise est plutôt cool !

Si l’on vous demandait de choisir le lieu de votre prochain concert et les groupes avec qui partager la scène, vous penserez à quel endroit et quels groupes?

Aucune idée … On aime plutôt découvrir les lieux et les artistes avec qui on joue, on a pas vraiment d’attentes particulières a ce niveau là.
Avez-vous une anecdote sur le groupe à partager avec nous ?

Une anecdote en particulier c’est dur, l’histoire du groupe est composée d’anecdotes Ceux que l’on pourrait dire d’amusant c’est que Freeds n’aurait pas vus le jour si Léo (guitare) n’était pas aussi loquace en état d’ébriété.
Quels sont les projets pour 2012 du groupe ?

2012 ? On veut d’abord faire beaucoup de scènes, il nous reste beaucoup à apprendre à ce niveau là. On va sortir des nouveaux titres studio courant février et on voudrait au printemps essayer de tourner un clip. En fait notre objectif est une diffusion du groupe à plus grosse échelle, on va peut être faire des échanges de dates avec des groupes Bordelais ou Parisien, il y a deux trois projets.

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *