« THANK YOU FOR THE SUN », comme une jolie transition entre l’ancien EP et celui-ci. Cette ouverture est une incitation à sourire et à voir la vie du bon côté. The Yupps ne pouvaient pas commencer mieux qu’avec un morceau énergique et enfantin comme ils ont si bien su en fait pour le premier EP. Ils  nous prouvent à nouveau le talent de ces titres à la fois efficaces et accessibles auprès de leur public.

Enchainons avec une « CB SONG » quelque peu déstabilisante. The Yupps renversent le mythe de la chanson de rupture par excellence, avec l’excellent refrain «  Baby I can hear you cry, baby this love will last forever » qui détonne avec les habituelles pleurnicheries des chansons sentimentales qui finissent mal. Nous pouvons noter que la voix du groupe sait mieux se placer et apprend à jouer avec les harmonies, ainsi que des chœurs talentueux offrant au morceau un effet de génie.

Sur « DIRTY TIMES », ils prennent un tournant légèrement différent, un peu plus complexe, mais tout aussi bon, voir même meilleur. Ne nous prenons pas la tête et profitions de cet instant. Une chanson agréablement vivante, avec un break instrumental réjouissant qu’osent les trois messins.

Grâce à « ROLLIN’ », ils nous offrent la possibilité d’adopter pendant trois minutes quarante six l’attitude « cool » revendiquée par le groupe. Des riffs de guitare étonnants, une batterie et une basse endiablées, le tout bien coordonné et cela est la recette d’une chanson réussie. On retiendra de ce titre les furtifs « Roll’n’rollin’ » qui donnent un charme tout particulier à cette chanson d’amour à la The Yupps.

Une assez longue intro pour « LIFE » qui ne s’accorde pas totalement avec le reste de l’EP. C’est une nouvelle facette du groupe que nous découvrons. Plus répétitive du côté instrumental, et plus plate du côté vocal. Un instant musical intense et enivrant nous est soumis, The Yupps se laissent aller à l’expression instrumentale, et ce n’est pas si mal. Nous retrouvons réellement les trois garçons sur leur refrain qui reste en tête et ne daigne pas s’en aller, ce qui est tout à leur honneur. « Anymore, anymore, anymore… »

Oui, plus, nous en aurons toujours avec eux ! Retrouvons notre joie de vivre avec « Fine&Alright » qui quant à elle, n’est pas si enjouée que ça.  La voilà, la ballade des rockeurs, nous l’avons. Et nous pouvons dire qu’elle est réussie. Une voix calme et animée accompagnée par des instruments tout en retenu. Nous nous apercevons que les trois compères ne sont pas si « Fine&Alright » que ça, ce qui accorde à ce titre une impression de cri poussé de l’intérieur, notamment cette phrase à la fin du morceau: « Yes I know we were fine and alright ».

Voici la voix muette mais engagée de The Yupps qui clôture son EP avec un « We are with you » poignant.

Sabrine Khinibilla

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *