Question basique : The Aerial, pourquoi ?

Alexis : En fait, tous les trois, on se connait depuis super longtemps. Antoine et moi, depuis qu’on à l’âge de quatre ans. Et Nico, on l’a rencontré au lycée, il était dans le groupe concurrent en gros. On était plus fort qu’eux, et du coup, il nous a rejoints.

Nicolas : N’importe quoi ! (rires)

Alexis : C’est mon avis. Et en fait, on avait un groupe qui s’appelait The Aerial View, c’était tiré d’une chanson, on aimait bien le truc. On s’est séparés du chanteur il y a plusieurs années, et on a gardé juste The Aerial.

 

Donc, c’est Antoine et Alexis qui sont à l’origine du groupe ?

Alexis : C’est nous quatre.

Nicolas : C’est vraiment un nouveau projet.

Alexis : C’est un nouveau groupe.

Nicolas : Complètement différent.

Alexis : A partir du moment, où on était avec Jo, on a tout fait ensemble, et du coup, il n’y a personne à l’origine du groupe.

 

Qui fait quoi dans le groupe ?

Antoine : Il y a Nico, bassiste. Tout le monde chante déjà, donc il y a les chœurs, et le chanteur principal. Moi, je suis guitariste. Alexis est batteur. Et Jo, chanteur.

Nicolas : En fait, en acoustique c’est différent, on a plein d’instruments. On est multi instrumentistes.

 

En tournée, vous êtes suivis par Clément du projet SCENES DE BAINS, ça s’est passé comment ?

Nicolas : En fait, ça consiste à lui porter assistance, Clément avait un appartement il y a encore 15 jours. Et il a rendu son appartement, donc il n’a plus d’appartement, ça consistait déjà à lui offrir un toit.

Clément : Et en l’occurrence depuis le début, on dort chez des amis à moi. (Rires)

Nicolas : Plus sérieusement, Clément on l’a rencontré il y a quelques mois, quand on est partis en studio à Liège. Il a suivi tout le projet en faisant des vidéos, c’était juste énorme quoi. Les vidéos qu’il a faites pour nous étaient énormes. Alors quand on est partis en tournée, on s’est dit qu’on allait faire un truc ensemble. Et du coup, il fait un reportage quotidien sur la tournée à base de photos et de vidéos. Il met tout ça sur un site internet qu’un ami à lui a fait, et qui est relié à notre site.

Alexis : www.thearial.fr/ontour

Nicolas : Il suit tout et c’est vraiment un plaisir. Tu vois, en fait, il sait très bien mettre les choses en valeur qui ne sont pas toujours très jolies. Tout était bien, même les moments les plus difficiles, il a fait des photos qui étaient super belles, et ça fait vraiment plaisir.

 

Y’a-t-il une rencontre de groupe qui vous a réellement marqué ?

Alexis : Clément, c’est le mec le plus cool que j’ai jamais rencontré de ma vie.

Nicolas : Beaucoup de rencontres, je dirais que des rencontres.

Antoine : La, par exemple, pendant 15 jours, tous les jours on rencontrait des nouvelles personnes, et c’est ce qui était intéressant et enrichissant.

 

Vous avez enregistré il n’y a pas longtemps, comment pouvons nous nous procurer vos chansons ?

Nicolas : Il va sortir en deux fois, en octobre, il va sortir en numérique donc il sera sur iTunes, la fnac.com etc. Et il va sortir le mois d’après en physique, mais ce qu’on voulait faire, ce n’était pas faire de CD. Pour nous, faire un CD en 2011/2012, c’est un peu con, parce que plus personne n’achète de CD et c’est moche, c’est en plastique… On s’est dit, autant sortir un truc complètement différent et on avait aussi une problématique, c’est qu’on ne voulait pas vendre notre musique, qu’on voulait la donner et on s’était dit « Comment faire pour sortir un objet qu’on devrait vendre, mais sans vendre la musique ? » Et on travaille avec un atelier d’artistes, qui travaillent la matière, et on va sortir un objet que les gens pourront monter eux-mêmes, on est en train de se prendre la tête avec eux pour faire des plans et tout. Et à l’intérieur il y aura une carte de téléchargement où les gens pourront télécharger nos musiques gratuitement. Et au lieu d’avoir l’EP qui sera de 4 ou 5 chansons, ils auront tout ce qu’on a fait avec le groupe depuis le début. On a une dizaine de morceaux enregistrés en studio en acoustique, une dizaine en électrique. Donc voilà, c’était un peu la démarche qu’on avait en tête.

 

Est-ce que vous avez des plans pour l’avenir du groupe, vous vous voyez comment dans quelques années ?

Nicolas : Impossible. Même dans six mois, je peux pas te dire.

Alexis : On aime ce qu’on fait donc on a envie de continuer jusqu’à la limite où on pourra aller, et pour l’instant, la limite on l’a pas trouvé.

Nicolas : On veut aller le plus loin possible, tant que ça avance que ça monte toujours, ça nous intéresse, si un jour on stagne, on arrête. On a pas envie de devenir ces groupes de mecs de 30/40 ans qui font toujours la même musique depuis dix ans et qui restent en régional. On a juste envie d’aller tous les quatre le plus loin possible.

 

Pour allier musique et études vous vous en sortez comment ?

Alexis : C’est galère.

Nicolas : Redbull.

Alexis : C’est la galère, mais comme toutes les personnes qui ont un projet sont dans le même cas. C’est pas glorieux ou quoique ce soit. C’est juste normal.

 

Pour finir, je vous laisse la parole.

Alexis : Je t’aime.

Nicolas : Merci beaucoup de nous avoir accueilli, et c’est cool d’être à Bordeaux, je suis vraiment content d’être là.

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Un commentaire

  1. Goldfish

    The Aerial c’est topissime : https://theaerial.bandcamp.com, l’un de mes groupes que je préfère avec Trazaac: http://www.mp3trazaac.com

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *