We Only Said, une signification particulière?

Florian : C’est avant tout une chanson de My Bloody Valentine – « I Only Said », qui s’est transformé en « We Only Said » quand le groupe s’est formé.

 

Qui a eu l’idée de former le groupe?

Florian : C’était un projet solo à la base, je ne pensais même pas monter un groupe, je voulais juste enregistrer quelques chansons depuis des années, et de fil en aiguille les membres du groupe sont arrivés.

 

Comment as-tu rencontré les membres du groupe?

Florian : La plupart sont des amis de longue date, tout s’est fait un peu selon les disponibilités et les envies de chacun. J’essaie de travailler en général avec des gens que je connais bien, ça évite les mauvaises surprises !

 

Au niveau de la composition, comment procèdes-tu?

Florian : C’est assez naturel, je ne me pose pas trop de questions au début. Je compose au piano ou à la guitare, j’attends le moment où quelque chose se déclenche, une note particulière, un passage intéressant, une structure originale… Ensuite, je construis autour de ça, j’ajoute une première ligne de chant, puis souvent une deuxième, les textes arrivent ensuite. Une fois tout ça mis en place, je propose le « squelette » du morceau aux autres membres du groupe qui l’habillent à leur façon, avec leur propre style.

 

Petit, avais-tu une idole?

Florian : J’en avais forcément plein ! Mais c’est surtout à l’adolescence que j’ai vraiment découvert la musique, avec The Cure et des groupes comme Ride, Pale Saints, My Bloody Valentine, je devais avoir 15 ou 16 ans…

 

Quelle est la rencontre qui t’as le plus marqué?

Florian : Il y en a plusieurs… J’ai la chance de travailler avec de très bons musiciens qui m’apportent énormément. Donc, à peu près tous les gens avec qui je joue, soit avec We Only Said, soit avec mon autre groupe, Trunks. Sinon j’ai quand même donné mon disque en mains propres à Kevin Shields de My Bloody, un beau moment !

 

Ah ! Et qu’en a-t-il pensé de ton disque justement?

Florian : Il m’a fait un clin d’oeil en regardant le nom du groupe, il avait l’air touché et s’est empressé de le ranger dans sa loge. Après, je ne l’ai pas revu, donc mystère… Mais on a passé quelques minutes à discuter ensemble, c’est un type charmant !

 

Qu’aimes-tu le plus dans la musique?

Florian : La sincérité, je crois. Tout ce qui est fait avec les tripes, ça se voit toujours et c’est ce qu’il y a de plus beau. Quand les gens n’ont pas d’autre choix que d’exprimer ce qu’ils ressentent juste avec des notes, et arrivent à faire partager ça.

 

Quel est ton/tes coups de coeur du moment?

Florian : Je n’écoute pas énormément de nouveautés ces temps-ci, je réécoute surtout des vieilles choses… Mais je trouve le dernier Sufjan Stevens sublime, comme d’habitude. J’écoute aussi beaucoup un groupe français qui s’appelle Les Marquises, et deux-trois autres bonnes découvertes comme Madensuyu ou Telekinesis.

 

Pour finir, je te laisse la parole ! 

Florian : Ah ! Le mot de la fin ? Tout est dans le nom du groupe, we only said… merci !

 

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *