Entrons dans la « Boîte Bleue », vite, avant qu’il ne soit trop tard. Profitons de ces vingt quatre minutes de voyage auditif, très charmantes soit dit en passant. Entre lumière et obscurité, les garçons de la boite bleue, sont assez difficiles à cerner, et c’est tant mieux pour eux ! Ils ouvrent le bal avec « To Fake », morceau plus ou moins appréciable, qui reste tout de même d’une technique instrumentale et vocale admirable. Puis nous enchaînons sur un titre plus alternatif, « Dry Your Eyes ». Au lieu de « sécher mes yeux », fermons-les, et laissons nous emporter par cette puissante vague qui dévaste tout sur son passage, à la plus grande joie des fans de cette fameuse boite. La belle «Maria » fait son entrée, sur une tonalité extrêmement plus douce, comme une rupture avec le début de l’opus, un petit virage tout aussi pertinent. « Maria » ou un instant de cinq minutes dix neuf secondes, où Sylvain Bontoux (Batterie/Chœurs), Maxime Corduant(Basse), Théo Nicolas (Chant/Guitare) et Maxime Roché (Guitare/Chœurs) vous sembleront être les plus adorables des garçons qui puissent exister, c’est l’effet attendrissant de la ballade des rockers ! La quatrième chanson donne envie de se déhancher et doit être incroyable en live, « Dance » contient des solos remarquables et une maîtrise vocale confirmée.  Je terminerais sur « One Day », un titre qui rejoint plutôt l’esprit des deux premiers, afin de clore l’EP en beauté ! Une vraie mine de talent cette «fuckin’ blue box » !

 

Sabrine Khinibilla

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *