Comment avez-vous choisi le nom du groupe?

Théo : Alors, à la base quand on a commencé le groupe avec Maxime, on a débuté par composer dans la chambre de Maxime, qui a, en fait, une moquette bleue et un canapé/lit bleu. Donc on a fait le lien avec une boîte, ce qui a donné BLUE BOX. Puis, on voulait un nom qui soit facile à prononcer, pour tout le monde, et qui se retienne vite. Donc on a trouvé que ça marchait bien avec ça !

 

Comment l’idée de former un groupe vous est-elle venue ?

Maxime : Alors, à la base, Théo, Cordu et moi, on était ensemble dans le même lycée, puis on avait un ancien batteur, qu’on aimait pas trop, et qui était pas vraiment motivé, donc on a du se séparer de lui. Puis, en cherchant sur un site de rencontre de musicien, on a trouvé Sylvain, qui habitait juste à côté de chez nous !

Sylvain : Ouais, on a vraiment eu du bol ! Donc, à partir de là, je me suis incrusté dans le groupe, si on peut dire, ils avaient déjà trois compos’ qui m’ont vraiment scotché, et m’ont donné envie de rentrer dans le groupe. A partir de là, on a finalisé ces trois compos’, puis on a continué de composer ensemble. Et maintenant, on est devenus amis.

Théo : Ouais, presque une famille, si on veut !

 

Vos chansons sont-elles autobiographiques?

Théo : Je pense qu’elles sont un peu autobiographiques, puisqu’on s’inspire obligatoirement de ce qu’on a vécu à un moment ou un autre. Mais en soit, ce sont surtout des histoires.

 

Quelle est la rencontre qui vous a le plus marqué? Ou les rencontres, comme vous voulez.

Maxime : On a jamais vraiment eu de rencontres incroyables, en fait. Mais, surtout des evenements consécutifs ! Par exemple, notre concert à La Cigale, qui était vraiment incroyable ! Tous nos amis étaient là, et ils ont vraiment foutu le feu, c’était assez dément. Puis le fait que l’ancien guitariste d’AqME, vienne nous féliciter à la fin. Au fond, depuis cette victoire de tremplin, tout se met en route progressivement, et je pense que c’est à partir de maintenant qu’on va vraiment faire des rencontres importantes.

 

Racontez nous l’histoire d’une de vos chansons?

Maxime : Par exemple, pour DANCE, l’histoire parlait d’une de mes amies, qui fait de la danse à très haut niveau, elle en fait d’ailleurs son métier maintenant. Et la chanson parle du fait de se surpasser pour arriver à son rêve, même si les autres nous disent qu’on est fou, et c’est impossible ! Donc on s’inspire un peu de ce qu’on vit obligatoirement oui.

 

Avez-vous des petits surnoms entre vous?

Sylvain : (Rires) On a pas vraiment de surnoms entre nous, c’est juste que comme on a deux Maxime dans le groupe, on a Maxime (guitare) et Cordu (basse). C’est un diminutif de son nom de famille : Corduant.

Cordu : C’est vrai que c’est plus simple comme ça, sinon on s’embrouille un peu !

 

Si vous deviez partager la scène avec un groupe, lequel serait-ce?

Théo : J’aimerais bien avec Phoenix, je pense.

Maxime : Moi, ça serait surement avec Placebo !

Cordu : Avec Placebo aussi !

Sylvain : Moi, ça serait pluôt avec Editors ou The Dodoz . En fait, il faudrait faire un énorme plateau quoi !

 

Votre coup de coeur du moment, c’est qui?

Théo : Ah, moi ça serait Lilly Wood and The Prick ! J’aime vraiment ce qu’ils font !

Maxime : Ca serait Placebo, en ce moment, j’écoute pas mal toute leur discographie !

Cordu : Placebo, aussi !

Sylvain : Moi, ça serait plus le dernier single des Dodoz « Happy Soldier », après c’est difficile de choisir car j’ai vraiment beaucoup de coup de cœur. Mais en album, je dirais, le dernier d’Interpol, car je trouve qu’ils ont vraiment bien remonté la pente.

Pour finir, je vous laisse la parole.

Théo : Déjà, on aimerait vraiment te remercier pour cette interview, ça fait vraiment plaisir !

Sylvain : Puis, sinon, n’hésitez pas à venir écouter nos morceaux sur le myspace, et/ou vous procurez notre album !

 

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *