La Famille DB, on la rencontre un mardi ensoleillé et chaud du mois d’Avril. Ben est avec moi, nous rejoignons Lucien, son frère, qui nous attend près du Conservatoire à Bordeaux. Une fois là-bas, nous attendons quelques minutes et Victor, Clothilde ainsi que Guillaume (colocataire de Ben et photographe ou du moins « parasite » comme il dit) arrivent. Après une brève discussion, nous débutons l’interview…

 

Racontez nous l’histoire de La Famille DB ?

Ben : L’histoire de La Famille DB… c’est l’histoire vraie du philosophe Doyle Barbet, philosophe allemand des années 30 qui a fuit l’Allemagne car ça craignait un max là bas, donc il est venu se réfugier en France, il a engendré une famille et nous sommes les descendants de cette famille et nous avons été cachés de longues années dans un village loin de la civilisation et tout le bordel, ce qui fait qu’on est un peu… là on est sorti y’a pas longtemps ce qui fait qu’on est un peu à la traine sur toute la civilisation autour de nous donc on découvre un peu l’histoire de ce monde, de nos jours, voilà.

 

Du rock philosophale, ça consiste en quoi ?

Ben : Je m’y colle encore ?
Clothilde : C’est toi qui a choisi, t’assumes !
Ben : Bon okay, le rock philosophale c’est un peu comme la pierre philosophale sauf que là c’est…
Victor : Harry Potter !
Ben : Non, y’a pas que dans Harry Potter que y’a la pierre philosophale, elle existe, je sais. C’est ce que Grand père cherchait d’ailleurs. Et donc le but du rock philosophale c’est que ça transforme tous les goûts des gens en or, en fait, ils viennent à aimer La Famille DB quand ils écoutent ça. C’est ça le rock philosophale, ça leur fait apprécier la bonne musique ! Ca transforme l’oreille des gens.

 

Vos textes sont en français, pourquoi ce choix ? Et comment se passe la composition ?

Ben : Merde, je suppose que c’est re-moi.
Victor : Bon, non, mais on arrive et Ben a déjà écrit des paroles, il nous les propose et il a des petites mélodies qui trainent et du coup on compose des morceaux, on voit la structure avec lui, et puis on apporte tous notre petit grain de sel. Et les paroles c’est Ben, et les mélodies, c’est lui. Mais après le reste, je crois, que c’est nous. Et puis on fait ça en repet’ tranquillement, décontracté, quoi.
Ben : Les paroles sont particulièrement centrées sur la vie d’un personnage qui s’appelle Ben Doyle et du coup tout le monde me traite d’egocentrique et ça me fait mal.

 

Comment La Famille DB gère études et musique (par rapport à la chanson Rock Star et Ingénieur) ?

Ben : Bon, comme je viens de le dire, l’écrivain des paroles de ce groupe est quelqu’un de très egocentrique, cette chanson le concerne à cent pour cent, Rock Star et Ingénieur, ça parle de lui-même, c’est parce que… enfin moi, je suis en prépa’, je me tue la vie là-bas et en même temps je veux prouver aux profs et aux élèves et à toute l’humanité entière qu’on peut mêler études poussées et la musique et je crois que Victor a quelque chose à ajouter, car eux aussi font des études à côté et c’est pas rien, hein, y’a pas que moi qui travaille quand même, alors voilà.
Victor : Voilà, moi je pense que je ne serais pas ingénieur, vu que je ne suis pas trop dans cette branche, et pour rock star on verra, mais franchement c’est dur parce que bon il est quoi là, 17h30, et je crois qu’actuellement je devrais être en cours en train de suivre ma deuxième année de licence !
Lucien : Moi, je veux dire que j’ai essayé de faire les deux, et puis je me suis fait virer du groupe, voilà.
Clothilde : Attends, moi je veux dire un truc. Pour moi c’est beaucoup plus facile, parce que je suis à la fac, donc du coup, j’ai un peu que ça à faire de la musique et pour Manon, je crois que ça va aussi, et Tristan, lui il bosse, il gère le boulot et la musique quoi.
Victor : Manon, c’est une intello.
Ben : Parce que là, dans l’interview, il manque deux membres du groupe et on en a récupéré un sur le banc de touche qu’on a fait revenir, c’est mon frère, celui qui s’est plaint de s’être fait virer du groupe parce qu’effectivement avant il était batteur et maintenant il est plus batteur, ça, vous allez demander à Victor pourquoi.
Victor : Mais je sais pas pourquoi…
Ben : Bah moi non plus, et du coup voilà, je ne sais pas on était partis sur Rock Star et Ingénieur et voilà on fait tous des études et on est tous fiers.

 

Quelle est la chanson qui vous tient le plus à cœur dans votre répertoire ou pas ?

Victor : Ouais !
Ben : Victor commence !
Victor : Non mais moi j’ai dit ouais parce que j’avais compris la question pas parce que j’ai quelque chose à dire, non, moi je ne sais pas, j’aime bien tout. Du moment où il faut taper ça me plait !
Clothilde : Oui, dans nos chansons y’a des chansons qu’on apprécie plus.
Lucien : Rock Star et Ingénieur, c’est celle qui envoie le plus tout simplement.
Ben : Moi je les aime « Toutes », sans distinction, y’a pas vraiment de chansons plus que d’autres, on a un set assez homogène, donc je suis content. Dans une chanson que j’aime vraiment beaucoup, ou du moins qui m’a vraiment inspiré, c’est le groupe Hangar avec leur chanson « Le roi de la reine ».
Victor : Dédicace aux grands frères !

 

Pour continuer dans vos chansons, les geeks, c’est quoi pour vous ?

Victor : Un geek à priori c’est quelqu’un qui sort pas de chez lui et qui passe sa vie devant un écran, aidé d’une unité centrale et parfois d’un clavier et quelques petits codes, et ouais, c’est quelqu’un qui décolle pas de son ordi et qui joue principalement on peut le dire à wow (WORLD OF WARCRAFT). Mais je dois dire, je ne sais pas si vous, mais je travaille pas mal sur ordi et des petites nuits blanches sur ordi, ça m’est arrivé mais pour le travail.
Ben : Je pense que j’en mets plein la gueule aux geeks dans cette chanson, mais je suis moi-même un geek à mes heures perdues, enfin je pense qu’on a tous un geek en soi, qui sommeille en nous.

 

Si vous deviez faire la B.O d’un film ou d’une série, ça serait quoi ?

Clothilde : Moi, un film de Tim Burton !
Ben : Ouais, c’est pas mal, c’est vrai. Un Gondry sinon !
Victor : Ou un dessin animé.

 

Y’a-t-il une expression ou un mot commun au groupe ? 

Ben : 3, 4.
Victor : Manon. Ouais, franchement, 3, 4.
Ben : Y’a pas vraiment de mots… ah si si, « allo » parce que je suis toujours en train de les appeler en repet’ parce qu’ils sont toujours à la bourre, ouais, donc ça revient assez souvent.

 

La phrase de la fin…

Ben : C’est parce qu’il a vu une guitare posée contre le mur, qu’il a pris la guitare et qu’il a commencé à jouer, c’est ma phrase de la fin et maintenant j’ai un mec à aller casser la gueule !

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *