The M.E.S.K.I.N.S, une signification particulière?

Oui, en fait… on est plutôt mesquins.

Et il y a un dessin animé sur les beatles, où les méchants voleurs de Cds s’appellent les Meskins. On a bien aimé.

« Meskins » en arabe ca veut aussi dire « les pauvres », vous étiez au courant ?

Oui, on est au courant, ahah, mais ça ne vient pas de là.

 

Comment avez-vous eu l’idée de former un groupe?

 

Je voulais faire ma propre musique, à force d’en écouter à longueur de journées. Avec Philippe, nous aimions les mêmes groupes. C’est parti de là. Puis Théo et Eliot sont arrivés.

Le courant est passé, donc ça a commencé comme ça.

 

Comment gérez-vous études et musique?

 

On essaye de faire au mieux. Mais on se débrouille…

 

Quels sont les artistes/groupes qui vous ont donné envie de faire de la musique?

 

Pas facile… je suis tombé sur une vidéo live des Hives, et j’ai accroché. Je trouve leur énergie fantastique. J’ai eu envie de faire pareil. Au final, notre musique se nourrit de nombreux artistes, mais pas forcement des hives.

Quelles sont vos principales sources d’inspiration? pour vos textes?

 

L’inspiration vient de n’importe quoi. J’ai parfois envie de raconter une histoire, parfois j’écris des choses plus personnelles, qui me concerne. J’essaye de constituer un univers, petit à petit. C’est assez urbain, il y a cette ambiance qui reste. Au niveau des textes, pour le français c’est gainsbourg. C’est sûr.

Il nous inspire plus que n’importe quel artiste.

 

Quel a été votre premier concert? Comment s’était-il passé?

 

C’était dans un petit bar Parisien. Il y a avait nos potes, c’était sympa. On était vraiment tout petit, tout innocent. On était a fond, c’était cool.

 

Un album en préparation?

 

À suivre.

Vos proches vous soutiennent-ils?

 

Oui.. ça ne pose aucun problème pour les proches.

Si vous deviez choisir un seul album? Et à l’inverse en jeter un? Lesquels seraient-ce?

 

Is This It des Strokes comme album indispensable, et… je dirais Shooter’s Nation des BabyShambles qui m’a déçu.

Y’a-t-il une anecdote de groupe qui vous a vraiment faite rire?

 

Je sais pas … un soir, à un concert, Eliot s’est fait embrassé sur scène par une inconnue. Et il n’a même pas arrêté de jouer. Beau gosse.

 

Pour finir, je te laisse la parole.

 

C’est toi la parole. Big up Someareontheway.

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *