Chevauchons la « Unicorn » (ou « licorne » en français) que nous proposent les Divine Paiste. Ce n’est pas une licorne comme les autres, car celle-ci, en plus d’être mystérieuse, est entièrement musicale, incroyable, non ? Ce n’est pas tout, mais nous ne savons toujours pas où cette créature nous emmène… tout simplement dans l’univers spontané et frais de ces quatre tourangeaux. Avec des morceaux qui restent en tête, une voix douce qui trouve sa place dans le monde assez décalé des Divine Paiste, ces quatre  garçons ont un sacré sens de la « chanson efficace » car chaque titre qui compose cet EP pourrait être un tube. Un groove, une énergie et des riffs qui collent à la peau et qui me plaisent véritablement. Que ce soit  « If I was », un peu plus enfantin, « Supersonic » qui s’imprègne vraiment en nous ou encore  « Fire at will » qui, à la fois sur le plan instrumental que sur le plan vocal, me conquit totalement, les Divine Paiste savent y faire avec une aisance qui en laisserait plus d’un, interdit. Mais attendez, « she doesn’t want to dance », comme ça, la licorne s’arrête ? Pas complètement, car cet opus est clôturé par un titre plus doux, plus intime, sous une « Golden Rain (from the moon) ». Oh, mais que dis-je ? Non, une fois la « Golden Rain » terminée, ces quatre rockeurs, nous offrent une version acoustique d’  « If I was ». Quelle claque ! Quelle voix ! C’est là, que nous sommes confortés dans l’idée que les Divine Paiste ont réellement du talent.

 Sabrine Khinibilla

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *