Pourquoi « Bonin Ouaib » ?

Jeremy : Bonin Ouaib, parce que c’est le nom et le prénom d’un personnage qu’on avait créé et mis en ligne sur notre site (www.bonin-ouaib.com) afin qu’il nous représente avant que l’on fasse nos premiers concerts.
Il évoluait dans un monde complètement virtuel et l’internaute pouvait le suivre de son studio d’enregistrement à son appartement. On aimait bien aussi le fait que ses initiales donnent B.O comme « bande originale », une sorte de groupe original.


Racontez-nous votre formation, votre rencontre, vos lives ?

Jeremy : Notre rencontre, haha ! Elle a été naturelle comme dirait Yahn, on ne s’est pas trop cherché puisque nous sommes frères !
En studio, on est tous les deux et on joue tous les instruments grâce aux techniques de l’overdub.
Ensuite, sur scène, nous sommes trois, Yahn est à la batterie, machines et scratch tandis que moi je suis au chant et à la basse ou à la guitare ou au piano. Le troisième membre est Mr Wallie Wanka qui est à la guitare ou à la basse.
Yahn : Et dans le groupe, Jeremy fait aussi le café! Ahah
Jeremy : Je sais passer le balai aussi !!!


Vous chantez en français, pourquoi cette langue et pas une autre?

Jeremy : Parce qu’en russe j’ai un accent médiocre haha ! Le français est notre langue maternelle, on a déjà plein de choses à dire avec celle-ci pourquoi le dire dans une autre ?!
En plus je pense que le public français apprécie le fait de pouvoir comprendre les paroles, ça donne la possibilité au morceau de toucher plus profondément les individus.
Yahn : Et puis traduire des émotions dans une langue qui ne nous appartient pas vraiment c’est difficile !


Y’a-t-il un moment de groupe que vous appréciez le plus?

Jeremy : Tous les moments où l’on est réuni… En répétition, en studio, en live! En répète’ et en studio c’est beaucoup plus intimiste, nous sommes dans un environnement favorable à la créativité, la détente et la complicité. Sur scène, nous avons la même attitude mais avec un invité en plus : le public 😉

Yahn : Je suis d’accord et je rajouterai que dans tous les cas, ce sont trois moments super excitants et attirants!


Que pensez-vous de l’évolution de votre groupe?

Yahn : Plutôt bien pour le moment !
Jeremy : Oui, avec l’album, on a eu beaucoup de retombées, on a travaillé dur, autant sur la musique que sur l’aspect visuel et notre public semble ravis.


Pourquoi n’avoir mis que des extraits de vos chansons sur Myspace, mis à part « Mise à jour » qui est entière?

Jeremy : Par respect envers les gens qui ont acheté l’album et qui nous ont donné la possibilité d’avancer un peu plus dans ce que l’on produit.
« Mise à jour » est le seul titre en ligne téléchargeable car il permet à nos auditeurs de découvrir notre album et leur donne peut-être l’envie de le faire partager avec d’autres amis sans risque de poursuite pour « téléchargement illégal de musique ».

Parlez-nous de « Mise à jour », est-ce une intro à l’album ou un titre à part entière?

Jeremy : C’est un morceau à part entière, c’est le thème principal de notre opus. On le retrouve sous différentes formes au fil de l’album.
Yahn : D’ailleurs il y a même un bogue dans une des mises à jour haha !
Jérémy : Le fait d’avoir appelé notre album « mise à jour » nous a donné la possibilité d’illustrer autant musicalement que graphiquement cet univers. On peut le voir de différentes façons, une mise en lumière ou carrément une banale évolution logicielle d’un système d’exploitation. Nous avons donc travaillé sur tous ces ensembles de possibilités, par exemple les numéros des morceaux sont tous précédés du chiffre « 1 » car cela évoque notre premier album. Par contre, dans le langage informatique ça représente l’évolution d’un programme.
Yahn : Et oui c’est réfléchi quand même, on a mis un an et demi pour faire cet album, on a eu le temps de se poser les questions comme « pourquoi Mise à jour ? » Enfin, on a eu le temps de bien faire mûrir les choses!


Que faisiez-vous avant ce groupe?

Jeremy : Tu f’sais quoi avant ?
Yahn : Un autre groupe ! Ahah. C’était un groupe avec une autre formation mais on a arrêté à cause de certains membres qui avaient leurs études à poursuivre dans d’autres villes.
Jeremy : Moi j’allais de groupe en groupe en espérant tomber sur les personnes motivées mais j’allais d’échec en échec. Puis au final, c’était mieux de s’allier avec son propre frère !

Quel métier vouliez-vous faire quand vous étiez petits?

Jeremy : Quand j’étais petit, un peu comme tous les autres petits, j’ai voulu être astronaute mais j’ai vite déchanté quand j’ai vu les critères !
Puis au collège, à l’adolescence, la musique a pris une grande place dans ma vie, petit à petit mon intérêt pour elle a grandi jusqu’au moment où j’ai décidé de m’y consacrer entièrement !
Yahn : Moi, j’étais un fainéant, j’avais pas spécialement envie de travailler et n’avais aucune idée sur ce que je voulais faire étant plus grand. J’ai donc vite quitté l’école pour suivre des études musicales au conservatoire et y passer mon prix.


Quel genre d’élève étiez-vous? Quelle était votre matière préférée ?

Yahn : Quel genre d’élève… Bah comme je t’ai dit, j’étais pas très travailleur mais plutôt calme. Genre l’élève assis dans un coin de la salle.
Et pour ma matière préférée, je dirais le sport, c’était surtout de la détente plus qu’autre chose. C’était une des seules matières où j’avais de bons résultats!
Jeremy : J’étais un élève moyen, bien intégré. Mais j’avais un côté un peu rebelle vis à vis des adultes, car j’avais du mal avec l’injustice !
Quand j’étais ados, encore au collège, j’aimais bien la physique/chimie surtout les explosions lors des expériences haha !
Et puis au Lycée, j’ai été plus attiré par l’histoire-géographie alors que je suivais des études scientifiques, va comprendre !


Parlez-nous d’une chanson qui vous tient à cœur et expliquez-nous pourquoi?

J&Y : Euh…y’en a pleins!!!
Jeremy : J’pense qu’on va choisir les Beatles, parce qu’on en est fan ! On va choisir « Dig a Pony » qui résume pas mal l’état d’esprit du disque « Let it be ». Les Beatles avaient choisi de revenir aux sources pour cet album, d’enregistrer tout de façon live. Lorsque tu écoutes cette chanson tes oreilles sont frappées par le côté spontané des arrangements et de l’interprétation. Dès que tu te penches plus attentivement tu t’aperçois vite qu’il y a des heures de travail derrière tout ça et pourtant ça respire la simplicité. Un véritable travail d’orfèvre !!!


Pour finir, un message à faire passer, une anecdote, quelque chose à dire, je vous laisse la parole…

J&Y : Un message à faire passer, oui.
Nous apprécions ce moment avec toi parce que tu as l’air très détendue tout en gardant ton professionnalisme. Nous sommes contents de faire partie de l’aventure S O M E  A R E  O N  T H E  W A Y !!!
De plus avoir une interview dans ton journal est une véritable aubaine pour nous car nous sommes persuadés qu’il deviendra une référence dans le milieu de la presse musicale.

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *