– Comment t’es venu l’envie de monter un groupe à toi tout seul ?

 

Ca fait pas mal de temps que je fais de la musique, j’ai commencé très jeune par la batterie. Mais j’ai vite ressentit le besoin de jouer d’un instrument mélodique. Alors je me suis mis à pianoter un peu puis j’ai acheté une guitare acoustique. Je composais et écrivais beaucoup pour mes anciens groupes, et un peu pour moi. Rien de très sérieux, mais j’aimais beaucoup écrire.

Et puis, il y a environ 2 ans, j’ai commencé à écrire des choses qui me tenaient vraiment à coeur, mais que je voulais garder pour moi, bien rangées au fond d’un tiroir. J’ai enregistré un titre chez moi, tout seul (le titre « heartbeats and headache »), et comme j’étais plutôt content du résultat, j’ai choisi un nom « vite fait », et je l’ai posté sur myspace, pour avoir quelques avis. J’en avais parlé à personne, ni mes amis, ni ma famille. Je voulais tout simplement quelques avis de personnes que je connaissais pas et qui ne me connaissaient pas. Il était clair pour moi, que le myspace serait supprimé quelques jours plus tard ! Et puis l’enthousiasme (1000 visites la première semaine) a été tel que les gens me demandaient d’autres morceaux, alors je me suis pris au jeu et j’ai enregistré les quelques morceaux que j’avais composé.

J’ai décidé 2 mois plus tard, à la vue du nombre de visties (20 000 !!) et après avoir fait écouter à mon entourage, de rassembler des amis musiciens autour de moi pour pouvoir jouer les titres sur scène.

 

 

– Pourquoi avoir choisi « The last morning soundtrack » comme nom de scène ?

 

Le jour où j’ai posté mon morceau sur myspace, il me fallait un nom. Je voulais rester cacher derrière un nom de projet. J’ai dans un premier temps choisi « The Last Morning Soundtrack » parce que ça sonnait bien et que c’était poétique (La bande son du dernier matin). Et puis je me suis vite rendu compte qu’il y avait un sens derrière ce petit bout de phrase.

Alors on peut le voir de deux façons différentes : l’optimiste, la fin de quelque chose de mauvais. Ou la version pessimiste, la fin de quelque chose de bien. Mais dans les deux cas, ça implique qu’on passe à autre chose…

Je suis encore partagé entre ces 2 versions. Je pense que je pourrais définitivement répondre à cette question dans quelques années !

 

 

– Que faisais-tu avant ton groupe ?

 

J’étais, et je suis toujours d’ailleurs, batteur dans d’autres groupes.

 

 

 

– Tu composes tous tes titres, toi même ?

 

Oui, j’écris les textes aussi et fait la majeure partie des arrangements.

 

 

 

– Comment ça se passe sur scène? Comment as-tu choisi ceux qui t’accompagnent ?

 

Nous sommes 5 sur scène. Je me suis entouré de 4 excellents musiciens et amis qui plus est ! J’avais déjà joué avec Vincent (basse/clavier) et Valentin (Guitare électrique/glockenspiel). J’ai rencontré Laurent (batterie/percussion) il y a environ 1 an et demi et Viet (Violoncelle), nous nous sommes rencontré au tout début du projet.

 

 

 

– Tu as sorti un premier EP, comment ce sont passés les enregistrements ?

 

J’ai tout enregistré tout seul, à la maison, tranquillement. J’ai même fabriqué la pochette moi même !

 

 

 

– Est-ce que tu ressentais une certaine appréhension avant la sortie de ton EP ?

 

Non puisque l’accueil du public sur myspace m’a beaucoup rassuré. C’est un peu grâce à eux, tout ce qui m’arrive en ce moment. Leurs commentaires m’ont boostés, même si j’ai toujours du mal à avoir confiance en ma musique. Et puis les titres de l’EP étaient ceux du myspace, donc non, pas de réelle appréhension. Par contre, quand je met un nouveau morceau en ligne, là, je ressent beaucoup d’appréhension ! Je me demande toujours comment il va être accueilli, et si il va plaire autant que les autres !

 

 

– Finalement, comment s’est-elle passée?

 

La sortie s’est faite uniquement sur myspace, vu que même la pochette a été faite à la main ! Pas de sortie digitale non plus. 100% indé !

 

 

– Y’a-t-il un message en particulier que tu voudrais faire passer à travers cet EP (4 titres) ?

 

Il n’y pas de message particulier dans cet EP. C’est juste un « état des lieux », des regrets, des pensées, des blessures mis en chanson, d’où le nom de l’EP : Wounds & regrets. Après chacun y voit ce qu’il veut, et en tire les conclusions qu’il souhaite. C’est pareil, les textes peuvent être interprétés de plusieurs façons, suivant l’expérience de chacun.

 

 

 

– Cet univers très enfantin et mélancolique à la fois, d’où te vient-il ?

 

Je ne suis pas du tout un nostalgique de l’enfance, au contraire même ! L’étiquette « enfantin » qui colle un peu à The Last Morning Soundtrack doit être du à l’utilisation de jouets pour enfant et d’objets généralement assimilés à l’enfance (boite à musique, ukulélé, lettres aimantées) mais beaucoup de groupes font ça (Coco Rosie et Cocoon par exemple). Je ne veux absolument pas m’enfermer là dedans. J’utilise ces instruments parce j’aime leurs sonorités et surtout parce que c’était plus simple de les utiliser et de les enregistrer au début ! Ca ne coûte pas cher et donne un coté lumineux à ma musique.

 

Par contre, le côté mélancolique, je l’assume complètement, ça fait parti de moi. C’est probablement dû à mon parcours, à ma vie.

 
u8232 – Est-ce qu’il y aurait un groupe/artiste qui t’aurait largement influencé dans ta musique?

 

Plein. J’ai écouté beaucoup de musique anglo saxonne, beaucoup de pop rock, très peu de chanson française, à part Miossec ou Tiersen. J’aime beaucoup la scène belge aussi. Mais parmi les artistes qui m’ont le plus influencés, je citerais tout de même Damien Rice pour la perfection de ses compositions et Death cab for cutie, un groupe pop rock Américain.

 

 

 

– As-tu des projets pour « The last morning soundtrack »?

 

Je suis actuellement en plein préparation d’album. J’enregistre au mois d’août au studio du Faune, près de Rennes, là où Moriarty a enregistré son premier album.

La sortie est prévu début 2010. Et plein de concerts j’espère pour l’année 2009/2010 ! A bon entendeur 😉

 

 

– Et une devise, en as-tu une?

 

Se donner les moyens.

 

 

– Pour finir, un message à faire passer, une anecdote…?

 

Un remerciement plutôt. A tous les internautes qui me suivent depuis le début et qui m’ont encouragés et m’encouragent encore ! En particulier Agnès, Juliette et Nathalie !

 

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *